Plus de 250 personnes se sont rassemblées à Tel Aviv samedi soir pour un office à la mémoire de toutes les victimes des attaques terroristes en France au cours de la semaine écoulée. Des responsables de la manifestation ont appelé les Juifs français à immigrer en Israël dès que possible.

« La situation s’aggrave » a déclaré devant les participants des Juifs français pour la plupart, Eli Ben Dahan (HaBayit HaYehudi), le vice-ministre des Affaires religieuses.

« Nous devons renforcer les Juifs de France, nous sommes là pour les aider et leur donner toute l’aide dont ils ont besoin, mais nous les appelons tous à s’installer en Israël. Il n’y a pas le choix, le seul endroit sûr pour les Juifs est ici en Israël « .

L’office commémoratif a été organisé à la dernière minute par la municipalité de Tel Aviv, qui a collaboré avec l’ambassade de France et d’autres organisations francophones.

Ils avaient prévu de faire tenir l’événement à l’intérieur du centre pour jeunes adultes de la municipalité, mais le grand nombre de personnes qui se sont manifestées a justifié qu’il se déroule dans la cour, malgré la pluie.

Une autre commémoration est prévue dimanche à Jérusalem à 14h30 dans sur la Place Safra en présence du maire de la capitale Nir Barkat et du grand rabbin de Jérusalem Shlomo Moshe Amar.

«Je suis venu parce que nous sommes des Juifs français, et qu’à Paris la communauté juive est très unie », a dit Alex Ohayon, 23 ans. « Mon cousin habite à seulement dix mètres du supermarché [où l’attaque de vendredi a eu lieu] et nous nous sentons très préoccupés par ce qui se passe en France ».

Mais Ohayon n’est pas d’accord avec l’appel à tous les Juifs de France pour qu’ils fassent leur alyah et qu’ils s’installent en Israël, lui même n’étant actuellement en Israël que pour une visite sans avoir l’intention de s’y installer. « La diaspora est très importante pour le peuple juif », a-t-il dit.

« J’ai beaucoup d’amis qui ne veulent pas faire leur alyah, et aussi, au cours de l’histoire, nous avons vu que de nombreuses fois la Diaspora a sauvé le peuple juif. » David, un ami d’Ohayon, qui a refusé de donner son nom, a dit que beaucoup de ses amis en France sont actifs dans les forums qui défendent ou font la promotion d’Israël, qui -selon lui- est une chose importante à faire en France »

Aurelia Azoulay, 23 ans, est actuellement en train de faire alyah de France et doit terminer les formalites administratives la semaine prochaine. « Quand vous voyez ce qui se passe avec le gouvernement français, ils ne condamnent pas cela comme une menace, » dit-elle. « Ils ne pointent pas l’antisémitisme. Dans une semaine, nous serons de retour à la normale. Nous avons vu la même chose après la fusillade à Toulouse [au cours de laquelle trois enfants et un rabbin ont été tués dans une école juive en mars 2012]. Pendant deux semaines, il y a eu beaucoup de forces de sécurité autour de toutes les écoles. Et puis après deux semaines, il n’y avait plus rien. C’est la mentalité française. »

L’alyah française a augmenté considérablement. En 2014, 7000 Juifs de France ont immigré en Israël, le plus grand mouvement en une seule année de Juifs français en Israël depuis la fondation de l’État, deux fois plus que les 3400 Juifs qui sont venus de France en 2013.

Le 31 décembre, le président de l’Agence juive Natan Sharansky a dit qu’il s’attendait à ce que 10 000 Juifs de France s’installent en Israël en 2015, et cétait avant les attentats de la semaine dernière. L’Agence Juive a refusé de dire si ses activités en France allaient changer cette année en raison des récents événements.

Eytan Schwartz, conseiller du maire de Tel Aviv Ron Huldai a dit que 1100 Juifs français se sont installés à Tel-Aviv en 2014, et cela est une des raisons pour lesquelles la municipalité a décidé d’organiser la cérémonie.

« Quand quelque chose comme cela se produit, il y a une nécessité pour la communauté de se réunir et d’exprimer ses émotions», a expliqué Schwartz.