Ce sont quatorze membres de la Knesset qui se sont rués sur la chance de vivre un voyage en Australie pour y sauver des kangourous, aux frais d’une organisation fictive et durant la période la plus occupée de la session législative.

Pour tester l’enthousiasme des parlementaires à voyager à l’étranger, la Deuxième chaîne a envoyé des invitations à 120 membres de la Knesset leur permettant de se joindre à un voyage d’une semaine en Australie pour se rendre à une conférence consacrée au sauvetage des marsupiaux en voie de disparition qui était prévue la dernière semaine de mars, ce qui correspond aux derniers jours de la saison d’hiver au Parlement israélien.

L’invitation indiquait que tous les frais liés à la conférence seraient “pris en charge”.

D’une manière assez surprenante, non seulement de nombreux législateurs se sont empressés d’accepter l’invitation, mais la commission d’éthique de la Knesset a, elle aussi, donné son feu vert au voyage, en dépit du fait que l’organisation qui avait sollicité les parlementaires n’avait aucune existence ni site Internet à son nom.

L’invitation, lancée par ‘Save Australian Marsupials’ (SAM), avait donné pour instruction aux législateurs d’appeler le représentant local de l’organisation en Israël – alias Rotem Chomsky, qui s’avérait être en fait un journaliste d’investigation de la Deuxième chaîne – pour expliquer pourquoi ils devraient être choisis pour participer à cette délégation.

La Deuxième chaîne avait eu l’intention de faire établir un site Internet correspondant à l’organisation, au moins dans l’objectif d’apporter un semblant de légitimité au faux groupe, mais cette initiative a échoué pour des raisons techniques. Ce qui n’a pas empêché 14 parlementaires émanant de cinq partis différents de se manifester.

Ainsi, Avraham Neguise, David Amsalem, Oren Hazan et Nurit Koren du Likud, Yoel Hasson, Yossi Yona, Zouheir Bahloul, Ksenia Svetlova et Yael Cohen-Paran de l’Union Sioniste, Basel Ghattas, Jamal Zahalka et Abdullah Abu Maaruf de la Liste arabe unie, Issawi Frej du Meretz et Hamad Amar de Yisrael Beytenu ont tous fait part de leur intérêt.

Leurs explications concernant la légitimité de leur sélection sont allées de préoccupations exprimées pour l’environnement au fait qu’ils possédaient un animal domestique.

Chomsky avait recruté le parlementaire Mickey Rosenthal pour présenter l’invitation à la Commission d’Ethique de la Knesset, pour voir si l’instance y apporterait – ou non – son approbation. La Commission « est supposée s’intéresser aux organisations qui invitent des législateurs dans des conférences », a expliqué Rosenthal à Chomsky.

Même si une vérification rapide sur Google aurait démontré qu’une telle organisation n’existait pas, la Commission a autorisé la présence à la conférence des membres de la Knesset en l’espace de trois semaines.

En revanche, plusieurs législateurs ont décliné l’invitation. Itzik Shmuli de l’Union Sioniste, par exemple, a expliqué qu’il ne prévoyait aucun voyage à l’étranger lorsque sa présence était exigée à la Knesset. Et Yael German de Yesh Atid a indiqué qu’elle n’autorisait jamais personne à prendre en charge financièrement ses déplacements.

Après que l’arnaque a été révélée, les parlementaires ont soumis des explications – et des excuses – pour leurs actions. Certains ont par ailleurs affirmé que cette acceptation préliminaire avait été faite sans qu’ils en aient eu connaissance tandis que d’autres ont déclaré n’avoir voulu s’y rendre qu’en tant que service public.