Les résidents du sud d’Israël, qui se plaignent sans cesse que le gouvernement israélien les a abandonnés, ont été de nouveau offensés mercredi quand un seul des 13 députés qui devaient se rendre dans les écoles et rendre visite à la veuve d’un civil tué dans le sud d’Israël, s’est présenté au rendez-vous.

Selon la Deuxième chaîne, des membres de la commission parlementaire de l’Education devaient rencontrer les élèves de la région d’Eshkol, et terminer par une rencontre avec Nava Etzion au kibboutz Nirim. Son mari, Zeev Etzion, a été tué par un tir de mortier, peu avant que le cessez-le-feu n’entre en vigueur le 26 août.

Toutefois, 11 membres de la Knesset ne se sont pas présentés du tout, Shimon Ohayon est parti au milieu, et Amram Mitzna (parti Hatnua) était le seul à faire toute la visite.

Les membres de la Knesset ont présenté diverses raisons pour leur absence, allant de problèmes d’emploi du temps à des obligations familiales les appelant à l’étranger.

Ohayon (Israël Beitenu) a affirmé à la Deuxième chaîne qu’il a assisté à une partie de la visite, mais a été forcé de partir plus tôt pour prendre un vol et rejoindre une autre délégation parlementaire.

Mohammed Barakeh (Hadash) a affirmé qu’il avait des engagements familiaux, et Ruth Calderon (Yesh Atid) a cité des raisons personnelles.

Le député Likud Moshe Feiglin a affirmé qu’il se trouvait à l’étranger, et Gila Gamliel, également du Likud, assistait à une session parlementaire sur ​​les réductions d’impôts.

Les autres députés absents : Yoni Chetboun (Habayit Hayehudi), Yaacov Asher (Judaïsme unifié de la Torah), Hilik Bar (Travailliste), Ronen Hoffman (Yesh Atid), Meshulam Nahari (Shas), Masud Ghnaim (Liste arabe unie) et Issawi Freij (Meretz).

Certains résidents du Sud ont réagi avec colère à ce qu’ils ont qualifié de pied de nez.

« Cela montre à quelle vitesse ils nous ont oubliés », a observé Lilach, une résidente du kibboutz Beeri, selon le site Walla.

« Il leur semble que nous sommes passés à autre chose, mais nous sommes toujours dans une crise profonde. »

Mitzna a affirmé qu’il était conscient que la plupart des membres de la commission seraient absents, en raison d’emploi du temps chargé et du court préavis, mais qu’il était là pour les représenter.

« J’ai été impressionné par le retour rapide à la routine scolaire, et bien sûr par les élèves eux-mêmes qui ne s’attardent pas sur le passé, mais sont intéressés par l’avenir et les résultats du cessez-le-feu », a déclaré Mitzna lors de sa visite aux écoles du Sud.