Une délégation de diplomates européens s’est rendue mardi dans la bande de Gaza pour y rencontrer quatre ministres du nouveau gouvernement d’union palestinien qui sont originaires de ce territoire, a-t-on appris de sources diplomatiques européennes.

La délégation était conduite par John Gatt-Rutter, le chef de la délégation de l’Union européenne dans les Territoires palestiniens, et composée de diplomates français, suédois, danois et portugais, ont indiqué à l’AFP ces sources sous couvert d’anonymat.

L’UE a apporté son soutien à la réconciliation interpalestinienne à condition que le nouveau gouvernement d’union respecte le principe de la non-violence et reconnaisse l’Etat d’Israël.

Mahmoud Abbas s’est d’ores et déjà engagé à respecter ces conditions, conformément au programme de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Ce gouvernement résulte de l’accord de réconciliation signé le 23 avril entre l’OLP et le mouvement islamiste Hamas pour mettre fin à la division politique depuis 2007 entre la Cisjordanie, dont l’Autorité palestinienne administre les zones autonomes, et la bande de Gaza contrôlée par le Hamas et sous blocus israélien.

Constitué de 17 ministres, dont 5 de Gaza, il s’agit d’un exécutif de transition, sans mandat politique, qui a pour mission prioritaire de préparer des élections présidentielle et législatives d’ici la fin de l’année.

En guise de rétorsion, Israël empêche les nouveaux ministres palestiniens de circuler librement entre la Cisjordanie et la bande de Gaza.