Deux chefs dirigeants du conglomérat Samsung ont condamné l’antisémitisme après que la fusion de deux leurs sociétés a entrainé une vague d’antisémitisme dans les médias sud-coréens.

Dans une lettre datée du 12 juillet adressée à l’Anti-Defamation League (ADL), Joo Hwa Yoon de Cheil Industries et Chi Hun Choi de Samsung C & T ont condamné sans équivoque l’antisémitisme.

« Nous sommes une entreprise qui est attachée au respect des individus et applique des politiques strictes de non-discrimination », ont-ils écrit. « Nous condamnons l’antisémitisme sous toutes ses formes ».

Le 17 juillet, les actionnaires de Samsung C & T, une entreprise de construction, voteront sur une fusion avec Cheil Industries. Les deux sociétés sont des filiales du groupe Samsung, le plus grand conglomérat familial de la Corée du Sud. La fusion fait partie d’un effort de consolidation.

Dans leur couverture médiatique sur le projet de fusion, au moins deux médias sud-coréens ont blâmé les Juifs pour avoir tenté de bloquer l’accord.

Une publication a écrit que le pouvoir juif de Wall Street « a longtemps été connu pour être impitoyable et sans merci ». Un autre journaliste a écrit que « les Juifs sont connus pour exercer un pouvoir énorme à Wall Street et dans les milieux financiers mondiaux » et que « c’est un fait bien connu que le gouvernement américain est influencé par le capital juif ».

L’ADL a salué la condamnation des dirigeants de la société.

« Nous sommes encouragés [par le fait] que ces dirigeants d’entreprises sud-coréens prennent une position claire et publique contre l’antisémitisme », a salué Abraham Foxman, le directeur national de l’ADL, dans un communiqué.

« Cette déclaration démontre sans équivoque que l’antisémitisme n’a pas sa place en Corée du Sud et au sein de leurs entreprises ».

La semaine dernière, l’ADL a appelé le gouvernement sud-coréen à condamner les propos antisémites relevés dans les médias sud-coréens.