WASHINGTON – Des élus de droite israéliens et américains ont donné une conférence de presse au Capitole mercredi, pour faire une « déclaration conjointe » pour tenir le « rejectionisme palestinien » pour responsable de la paralysie des négociations israélo-palestinienne.

« Le premier obstacle à la fin du conflit israélo-palestinien est le rejectionisme palestinien centenaire du droit à l’auto-détermination du peuple juif », indique le communiqué, co-signé par les membres du Caucus du Congrès pour la victoire d’Israël (CIVC) et du Caucus de la Knesset pour la victoire d’Israël (KIVC).

« Seule la reconnaissance du lien historique qui unit le peuple juif à la Terre d’Israël, et l’acceptation d’Israël en tant qu’État juif et démocratique, mettra un terme au conflit », poursuit la déclaration.

Ron DeSantis (Floride) et Bill Johnson (Ohio) représentaient le CIVC, et les députés Oded Forer (Yisrael Beytenu) et Avraham Neguise (Likud) représentaient le KIVC.

Le CIVC est présidé par DeSantis et Johnson et un démocrate, Juan Vargas (Californie). Il comprend 32 membres du congrès. Le KIVC compte 16 députés israéliens.

La délégation du président américain Donald Trump a été chargée de négocier un accord de paix israélo-palestinien et devrait proposer un plan de paix pour le Moyen Orient d’ici début 2018.

« Aucun progrès ne peut être accompli tant que les Palestiniens n’acceptent pas ce concept simple et pourtant très significatif », a déclaré Johnson mercredi.