Une vingtaine de députés jordaniens ont demandé mercredi à leur gouvernement de ne pas impliquer le royaume dans une guerre contre les djihadistes de l’Etat islamique (EI), qui contrôlent de larges pans de territoire en Irak et en Syrie, deux pays voisins de la Jordanie.

Vingt et un députés, qui représentent plusieurs tendances au sein du Parlement de 150 élus, ont adressé un mémorandum au président du Parlement Atef al-Tarawneh dans lequel ils réclament « au gouvernement de ne pas impliquer (…) la Jordanie (…) (dans une lutte) contre l’Etat islamique ».

« Cette guerre n’est pas notre guerre. De ce fait, nous rejetons catégoriquement toute contribution jordanienne dans une bataille qui n’est pas la nôtre », ont-ils fait valoir dans ce texte, dont l’AFP a eu copie.

« Nous ne voulons pas être entraînés derrière une coalition internationale », a indiqué l’un des députés signataires du mémorandum, Khalil Attia.

L’avancée des djihadistes en Irak et en Syrie fait craindre une contagion en Jordanie, un pays déjà confronté à l’afflux de plus de 600 000 réfugiés syriens et à ses propres islamistes locaux.