Des dizaines de manifestants palestiniens masqués ont lancé des pierres, des cocktails Molotov et des pétards sur les policiers sur le mont du Temple, dans la Vieille Ville, ce dimanche matin à Jérusalem. Ils ont ensuite été repoussés dans la mosquée Al-Aqsa par les forces de sécurité qui avaient été dépêchées sur les lieux.

Selon la police, les manifestants avaient stocké des explosifs artisanaux, des pétards et des planches de bois à l’intérieur de la mosquée, avec l’intention d’attaquer des milliers de fidèles juifs réunis à proximité pour prier au mur Occidental pour Tisha Beav, un jour de jeûne et de deuil qui commémore initialement la destruction des premier et second Temples juifs.

« Les émeutiers masqués ont fui à l’intérieur de la mosquée et ont commencé à jeter des pierres et des blocs contre la police depuis l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa. Ils ont jeté des feux d’artifice directement sur la police, » peut-on lire dans la déclaration officielle de la police, qui précise que plusieurs policiers ont été blessés.

« À la lumière de ces affrontements sérieux et des actions en escalade des émeutiers, et dans le but d’empêcher d’autres blessures de la police … [les] forces de l’ordre ont pénétré quelques mètres à l’intérieur de la mosquée et ont fermé les portes de la mosquée avec les émeutiers à l’intérieur, dans le but de rétablir l’ordre, » indique le communiqué.

La police a renforcé sa présence sur le site et autour du mont du Temple dans la nuit de samedi, après la diffusion d’une vidéo, devenue virale, montrant une femme juive insulter le prophète.

Un groupe de Juifs visitant le mont du Temple ce jeudi a été escorté hors du site dans les ruelles de la Vieille Ville. Ils avaient été chahutés par les Murabitun, gardiens autoproclamés de l’endroit – saint pour les Juifs et les musulmans – qui sont financés par le Mouvement islamique.

Une femme du groupe juif a décidé de répliquer, en regardant dans la caméra d’une personne supposée être un membre de l’organisation. On la voit dire en hébreu : « Mohammed est un cochon ».

La déclaration a mis en colère les femmes musulmanes dans l’organisation, qui ont ensuite crié des insultes et des menaces de violence à l’égard de la femme juive. Les agents de la police des frontières qui escortaient le groupe juif ont du s’interposer afin d’éviter tout accès de violence.

Selon les termes du traité de paix israélo-jordanien, le mont du Temple reste sous tutelle jordanienne à travers les autorités du Waqf, qui conservent la charge administrative de ce lieu saint. Les visiteurs juifs sont autorisés sur le mont du Temple, mais ne peuvent pas y prier.

L’AFP a contribué à ce rapport.