Des employés des Nations unies ont été tués dans l’attaque contre une école de l’ONU à Gaza, a indiqué jeudi le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, qui « condamne fermement » cette attaque.

« Il y a de nombreux morts, dont des femmes et des enfants, ainsi que des employés de l’ONU », a déclaré M. Ban à Erbil (Irak), selon un communiqué de l’ONU publié à New York.

M. Ban s’est déclaré « consterné » par cette attaque, dont « les circonstances ne sont pas encore claires ».

Il a lancé un nouvel « appel à toutes les parties à respecter leurs obligations aux termes des lois humanitaires internationales, à respecter la vie des civils, l’inviolabilité des locaux de l’ONU et leurs obligations envers les travailleurs humanitaires ».

L’attaque de l’école « souligne l’urgence de faire cesser les tueries et de les faire cesser dès maintenant », a ajouté M. Ban, qui mène une médiation pour un cessez-le-feu à Gaza.

Le porte-parole adjoint de l’ONU Farhan Haq a souligné que l’ONU s’efforçait encore de déterminer le nombre exact de victimes. « Nous ne savons pas qui a attaqué les locaux », a-t-il souligné.

Quinze Palestiniens qui avaient trouvé refuge dans une école de l’ONU dans la bande de Gaza ont été tués jeudi après-midi par un tir israélien – nouvelle tragédie qui éclipse le ballet diplomatique pour aboutir à une trêve.

Les secours locaux ont fait état d’un bilan de quinze morts dans une école de l’Agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) à Beit Hanoun, dans le nord de l’enclave palestinienne, où s’étaient abritées des personnes déplacées par les combats.

L’armée israélienne a promis d’enquêter sur ce drame, disant ne pas exclure qu’il s’agisse d’une roquette tirée par des combattants du Hamas.