Une juge du tribunal familial américain a libéré vendredi les trois enfants du centre de détention pour mineurs après les avoir envoyé là-bas le mois dernier parce qu’ils ont refusé son ordre de rencontrer leur père.

Liam, Natalie et Rowie Tsimhoni, israélo-américains, doivent maintenant être envoyés en camp d’été où leurs parents peuvent leur rendre visite avec un supérieur.

Le 24 juin, la juge de comté d’Oakland Lisa Gorcaca a fait détenir Liam Tsimhoni, 14 ans, Natalie Tsimhoni, 9 ans, et Rowie Tsimhoni, 10 ans pour outrage d’un ordre du tribunal de voir leur père, et les a envoyés dans un établissement local pour enfants.

Les transcriptions de la procédure indiquent qu’elle a insulté à plusieurs reprises les enfants, qualifiant Liam de « mentalement dérangé ». Gorcyca a menacé que les trois resteraient en prison jusqu’à leurs 18 ans, et a averti la petite fille qu’elle aurait à aller aux toilettes devant des étrangers dans le centre de détention pour mineurs.

Gorcyca a revu son jugement vendredi, en libérant les trois enfants du centre de détention pour mineurs. Maya Eibschitz-Tsimhoni et son ancien mari Omer Tsimhoni, qui réside actuellement en Israël, se disputent la garde des enfants depuis leur divorce en 2010, explique le Detroit Free Press.

Les trois enfants ont déclaré qu’ils ne renconteraient pas leur père, malgré l’ordre du tribunal de Gorcyca.

Les documents de cour obtenus par My Fox Detroit montrent qu’au cours de l’audience du 24 juin, Liam s’était excusé s’il avait enfreint certaines règles, mais a déclaré qu’il ne « s’excuserait pas de ne pas parler à [Omer] parce que j’ai une raison pour cela, c’est parce qu’il est violent. Je l’ai vu frapper ma mère et je ne vais pas lui parler ».

La juge a répondu que Liam était « un jeune homme prétentieux et provocateur ». Elle a qualifié son père « d’homme formidable qui a traversé de nombreuses difficultés pour avoir une relation avec vous ». Elle a déclaré qu’il n’y avait pas de preuve du comportement violent de la part de son père et a prétendu que les enfants avaient reçu un « lavage de cerveau » de leur mère.

Selon les documents de la cour, a déclaré Gorcyca, « Je vous ai ordonné de parler à votre père. Vous avez choisi de ne pas lui parler. Vous avez défié un ordre direct. C’est un outrage direct, je vous déclare donc coupable d’outrage direct ».

« Vous êtes supposés avoir un QI élevé, ce dont je doute maintenant au vu de la façon dont vous agissez, vous êtes très provocateur, vous n’avez pas de manières », a-t-elle déclaré à l’adolescent en ajoutant qu’il était « mentalement dérangé ».

S’adressant à Maya Tsimhoni, la juge a dit de rechercher le culte de Charles Manson.

Lorsque la sœur, Natalie, et le frère, Rowie, de Liam ont refusé l’ordre de Goycyca de déjeuner avec leur père à la cafétéria de la cour le jour-même, la juge a déclaré qu’ils seraient également conduits en détention pour outrage.

« Aimes-tu aller aux toilettes devant des gens ? a-t-elle demandé à Natalie. Ton lit est-il doux et confortable ? »

La juge a également ordonné de séparer les trois enfants. Elle a déclaré que leur mère et les membres de la famille ne seraient pas autorisés à les voir.

Une déclaration des avocats du père soulignait que la situation était « traumatique pour tout le monde, et qu’il était regrettable que les actions de la mère aient entraîné une telle situation ».

Selon le communiqué, la mère « éloigne continuellement les enfants de leur père, et a ignoré les innombrables audiences et décisions de la cour ».

Le rabbin Jason Millet de la communauté juive a déclaré au Jewish Daily Forward qu’il était « bizarre » que les enfants soient punis pour les disputes de leurs parents. Il a ajouté que la communauté était choquée du traitement fait à l’égard des enfants.