Boston – Quelques 200 manifestants anti-israéliens ont tenu un « die-in » samedi pour protester contre l’opération israélienne « Bordure Protectrice » dans la bande de Gaza.

Pour la troisième fois en huit jours, la police de Boston a été forcée d’intervenir quand un petit groupe d’étudiants partisans d’Israël a été assailli par des manifestants criant des slogans antisémites et initiant le contact physique.

Ce « die-in » dans lequel les étudiants simulent les morts a atteint son paroxysme lorsque les leaders de la protestation ont lu les noms de Palestiniens tués à Gaza depuis le début des combats. En lisant le nom et l’âge de chaque victime, les manifestants se sont laissé tomber sur le béton, un à un.

Le vendredi, la veille du « Die-in », plus de 1 000 partisans d’Israël réunis au même endroit dans Boston ont soutenu le droit à l’auto-défense de l’Etat hébreu. Organisé par le Conseil Israélo-américain, le rassemblement de vendredi comprenait des discours des dirigeants communautaires et appelait à défendre Israël sur les médias sociaux.

La mise en scène macabre en face du dôme doré de la Massachusetts State House avait débuté avec une heure de discours anti-israéliens. La plupart des intervenants avaient condamné le soutien du gouvernement américain d’Israël et les prétendus « crimes de guerre » de l’Etat juif contre les Palestiniens.

Les signes et les T-shirts des manifestants ont souligné la participation d’un grand nombre de comités d’action « de la paix », les syndicats locaux, les groupes socialistes et féministes, et le groupe militant d’extrême-gauche « Jewish Voice for Peace ». À divers moments au cours de la réunion, les militants ont appelé à boycotter les produits israéliens ainsi que le gouvernement des États-Unis à « dé-financer » Israël.

Pour la troisième fois depuis la semaine dernière, une poignée d’étudiants juifs avec des drapeaux israéliens a été entourée par des manifestants criant des slogans antisémites et cherchant la bousculade.

Peu de temps après le « die-in », Brett Loewenstern – un étudiant du Berklee College of Music et pro-israélien militant – est entré dans la mêlée avec son petit ami né en Israël, Avi Levi.

Selon Loewenstern, la combinaison d’un drapeau israélien avec un drapeau arc-en-ciel de son petit ami – le symbole pour les droits des homosexuels – a déclenché une tempête d’injures de manifestants. On pouvait entendre « Juifs, retournez à Birkenau ! » et « Espèces de putes de Zionazis », ont déclaré Loewenstern et d’autres témoins.

« Nous avons commencé à être bousculés et poussés par ces ennemis d’Israël, et la police est venue pour nous sortir » a déclaré Loewenstern. Celui-ci est par ailleurs un ancien candidat d’American Idol qui aime chanter l’hymne national israélien lors d’événements communautaires.

« La policière a été très gentille avec nous et nous a affirmé que nous étions autorisés à faire valoir nos droits, mais que nous devions le faire séparément des ennemis d’Israël » a déclaré Loewenstern au Times of Israel.

La nuit dernière, une chaîne liée à Fox a diffusé un clip de Loewenstern évoquant les « 13 ans de tirs de roquettes sur Israël » et l’utilisation des écoles et des hôpitaux de Gaza par le Hamas pour cacher des armes de terreur.

Mardi soir, des manifestants anti-israéliens se réuniront à Copley Square à Boston pour une « marche en masse » contre la « punition collective infligée aux Palestiniens », selon des tracts distribués samedi.