Dimanche, des étudiants Arabes israéliens ont protesté contre la mort d’un homme de 22 ans à Kafr Kanna ce week-end, tué par la police israélienne, et appelé à une troisième Intifada, alors que de violentes émeutes dans la ville de Galilée persistent pour la deuxième journée consécutive.

À Kafr Kanna, quelque 30 jeunes ont brûlé des pneus, selon la police, tandis que des dizaines d’autres ont incendié des poubelles, endommagé des panneaux de signalisation et jeté des pierres sur des agents israéliens. La police a fermé l’entrée de la ville et dispersé la manifestation. Trois hommes dans leur vingtaine ont été arrêtés.

Une équipe de la Première chaîne qui cherchait à entrer dans la ville assiégée a été chassée par des lanceurs de pierres qui ont caillassé leur voiture de pierres.

Des dizaines d’étudiants se sont rassemblés devant l’Université de Tel Aviv contre ce qu’ils ont appelé « la profanation des lieux saints », en référence aux récentes tensions sur le mont du Temple, selon la radio israélienne.

Les manifestants ont hissé des drapeaux palestiniens et brandi des pancartes « Israël, Etat de terrorisme » et « Shahid, repose en paix », en utilisant le mot arabe de « martyr » pour Kheir Hamdan, qui a été abattu par la police vendredi après avoir approché une voiture de patrouille muni d’un couteau.

A l’Université de Haïfa, quelque 120 manifestants ont organisé un rassemblement similaire, au cours duquel ils ont appelé à une « troisième Intifada ».

D’autres rassemblements sont prévus tout au long de la journée dans les zones arabes israéliennes, y compris à Umm el-Fahem, Kafr Qasim et Nazareth.

Le maire de Nazareth Ali Salam a appelé le Premier ministre Benjamin Netanyahu dimanche à lancer une enquête sur le meurtre de Hamdan.

Anticipant les actes de violence suite à l’incident Kafr Kanna, la police israélienne a déclenché l’alerte de sécurité à son deuxième plus haut niveau dimanche.