BOSTON – Une manifestation devant les bureaux du consulat d’Israël au centre de Boston a mal tourné vendredi quand 100 manifestants anti-israéliens « ont déferlé » sur une douzaine de partisans d’Israël.

Pris d’assaut par des militants pro-palestiniens scandant « Tueurs de Jésus » et « Meurs », plusieurs étudiants pro-israéliens ont affirmé avoir été « physiquement agressés » par des manifestants à la fin du rassemblement.

Alors que les partisans pro-israéliens étaient principalement des étudiants d’université, la foule anti-Israël était en grande partie féminine, et même accompagnée d’une douzaine d’enfants brandissant des pancartes et scandant sur « l’apartheid israélien » et les « crimes de guerre ».

Après l’incident, les étudiants pro-israéliens ont immédiatement raconté les faits dans les médias sociaux.

Menés par l’activiste Adam Akkad et la Voix juive pour la paix, les manifestants ont protesté contre l’opération Bordure protectrice de l’Armée de Défense d’Israël, sans faire référence aux centaines de roquettes du Hamas visant des civils israéliens, ou à l’utilisation de civils de Gaza comme boucliers humains par le Hamas.

« Nous étions onze, et ce n’était pas assez », a déclaré Aviva Malveira, diplômée de l’Université de Boston, qui faisait partie des partisans d’Israël assaillis par les manifestants.

L’incident s’est produit alors que les manifestants anti-Israël concluaient leur manifestation devant le consulat et se dirigeaient vers le Boston Common pour un autre rassemblement. Alors qu’ils traversaient la rue, ils ont encerclé les partisans d’Israël qui se tenaient entre eux et le jardin public adjacent.

Après plusieurs minutes d’insultes et d’affrontement physique, des policiers sont intervenus pour rétablir l’ordre.

« J’ai regardé chacun d’entre eux dans les yeux », écrit Aviva Valdary, une des agressées. « Et je pourrais dire que je les trouble, parce que je suis noire. Mais ils sont si lâches. Alors pendant qu’ils m’insultaient, je ne faisais que leur sourire ».

Bien que moins d’une douzaine d’étudiants étaient présents, ils couvraient le spectre politique de l’activisme pro-Israël du campus, de J-Street U aux groupes sionistes traditionnels.

« Ils ont dit des choses désagréables, comme nous traiter de tueurs Jésus, ou nous demander combien de bébés avions-nous assassiné chacun, nous disant que nous allions brûler », déclare Samantha Mandeles, autre militante.

Perchés aux fenêtres au-dessus de la protestation, les employés du consulat israélien – interdits de participer à l’événement par la loi – ont filmé l’événement.

« Nous tenons à remercier les étudiants pro-israéliens de Boston, qui se tenaient là avec un drapeau israélien et américain, soutenant le droit d’Israël à l’autodéfense », a déclaré le consul général Yehuda Yaakov dans un communiqué.

« Nous apprécions le soutien, le courage et le dévouement exprimés tout au long de l’année envers l’Etat
d’Israël », a-t-il ajouté.