Des militantes saoudiennes ont demandé au Majlis Al-Choura (conseil consultatif) de restreindre « la tutelle absolue » qu’ont les hommes sur les femmes dans le royaume ultra-conservateur, a expliqué l’une d’elles dimanche à l’AFP.

Dans une pétition signée par une dizaine de femmes et adressée au Majlis Al-Choura, les militantes appellent l’assemblée à « annuler le régime de tutelle absolue de l’homme et à prendre des mesures pour défendre les droits » des femmes, a ajouté Aziza al-Youssef.

En Arabie saoudite, qui applique strictement la loi islamique, les femmes ont besoin de l’autorisation d’un tuteur pour « travailler, voyager, se faire soigner, se doter d’une carte d’identité ou d’un passeport », ou encore se marier, rappellent les signataires.

Le royaume est aussi le seul pays au monde où les femmes n’ont pas le droit de conduire.

« On exige encore la signataire d’un tuteur pour certaines opérations chirurgicales dans les hôpitaux ou encore pour qu’une étudiante puisse quitter sa faculté », a dénoncé Aziza al-Youssef.

Une étudiante enceinte a ainsi dû accoucher à l’Université de l’imam Mohamed Ben Saoud à Ryad après le refus du rectorat de l’évacuer vers une maternité en l’absence de l’autorisation d’un tuteur.

« Selon la religion [musulmane], la tutelle de l’homme se limite uniquement à la question du mariage », a souligné la militante saoudienne, affirmant que toutes les autres restrictions imposées aux femmes dans le royaume n’avaient « rien à voir avec la religion ».

La pétition appelle le Majlis al-Choura à agir pour promulguer un code de statut personnel et prévenir le mariage des mineures, la répudiation et le harcèlement sexuel.