Israël a condamné dimanche la vidéo d’un groupe de défense des résidents des implantations représentant l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) en Israël portant la muselière du tueur en série cannibale du film le « Silence des Agneaux » sur le visage.

Ce groupe a diffusé dimanche une vidéo qui accuse l’ambassadeur de l’UE en Israël de travailler à « établir un état terroriste ». La vidéo accuse Lars Faaborg-Andersen, le dirigeant danois de la délégation de l’UE en Israël, de « déstabiliser la souveraineté d’Israël, d’ignorer la loi, de construire où il veut et d’établir un état terroriste – sur la route 1 ! »

Le groupe faisait apparemment référence aux maisons préfabriquées construites dans la zone E1 entre Jérusalem et Maale Adumim. La route 1, qui passe en Cisjordanie, relie les implantations de Maale Adumim, Mishor Adumim et Mitzpe Jericho à la mer Morte.

L’accusation est liée aux maisons présentées par l’UE aux familles palestiniennes et bédouines qui vivent dans la région de Cisjordanie située à l’est de Jérusalem, qu’Israël a accusé d’être des constructions illégales de l’institution européenne.

La phrase « Andersen doit être arrêté ! » clignote sur l’écran pendant la conclusion de la vidéo, ainsi qu’une photo fabriquée d’Andersen avec un masque de Hannibal Lecter sur le visage.

Le directeur général du ministère des Affaires étrangères, Dore Gold, a rapidement critiqué la vidéo dimanche soir. Il « condamne la façon irrespectueuse dont l’ambassadeur de l’Union européenne a été présenté, » a déclaré le porte-parole du ministère, Emmanuel Nahshon, dans un communiqué.

La vidéo a été produite par un groupe de résidents des implantations opposé à la création d’un futur Etat palestinien, qui s’appelle le « Forum de la périphérie de Jérusalem ».

Dans un post sur Facebook qui accompagnait la vidéo, ponctuée d’images des campements bédouins le long de la route 1, le groupe a déclaré qu’Andersen « est l’homme derrière les constructions illégales sur la route 1, dont le but est de créer des faits sur le terrain : une contiguïté territoriale pour un futur état terroriste. »

Dans des accrochages passés avec le gouvernement israélien sur l’aide au logement, la délégation de l’UE avait déclaré qu’il s’agissait d’aide humanitaire pour ceux qu’Israël a négligé d’aider, et ne portait pas de signification diplomatique.

Une députée de gauche a accusé le groupe de résidents des implantations de « systématiquement travailler à saboter les relations étrangères d’Israël. »

La députée du Meretz Tamar Zandberg a déclaré dimanche soir dans un communiqué qu’elle avait « demandé au procureur général de déterminer si cela constitue de l’incitation [à la haine], et d’examiner les sources de financement de l’organisation, dans l’inquiétude qu’elle utilise des financements publics. »

Interrogé par l’AFP, le porte-parole de la représentation de l’UE en Israël n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat.

Raphael Ahren et l’AFP ont contribué à cet article.