Des pirates informatiques ont attaqué un compte Twitter de l’armée israélienne, postant un message alarmant sur un tir de roquette contre une installation nucléaire.

« #AVERTISSEMENT: possible fuite nucléaire dans la région après que deux roquettes ont frappé l’installation nucléaire de Dimona » dans le sud du pays, lit on sur une capture d’écran de ce tweet postée par le site d’informations israélien Ynet.

L’armée a indiqué à l’AFP que « plusieurs tweets incorrects ont été postés tard jeudi sur le compte de son porte-parole en anglais (@IDFspokesperson) ».

Le compte a diffusé ensuite un message d’excuses à ses abonnés et supprimé le faux tweet.

Un groupe de pirates informatiques partisans du régime syrien, l' »Armée électronique syrienne » (SEA), a revendiqué cette opération en postant des tweets, comme « Vive la Palestine ».

SEA a multiplié les initiatives en 2013 notamment contre des sites d’agences de presse, utilisant des emails de hameçonnage pour publier des messages et collecter des informations.

L’armée israélienne publie régulièrement des informations sur le nombre de roquettes tirées depuis la bande de Gaza. Au total, 34 roquettes se sont abattues jeudi sur le sud d’Israël, selon elle.

Après cette salve de roquettes, Israël a mis en garde le mouvement islamiste Hamas contre toute escalade de violence et dépêché des renforts près de Gaza.