Un pionnier en recherche médicale, un président d’une banque alimentaire, un éducateur, un pionnier de l’énergie solaire et le créateur de la bande dessinée « Dry Bones » figuraient parmi les premiers gagnants du prix Nefesh B’Nefesh reconnaissant les immigrés d’Israël en provenance des pays anglo-saxons, lors d’une cérémonie à la Knesset jeudi.

Plus de 200 immigrants en provenance de pays anglo-saxons – dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada – ont été nomminés pour le prix Bonei Zion [constructeurs de Sion], qui a été attribué en six catégories, ainsi que pour l’œuvre d’une vie. Les sept lauréats étaient originaires des États-Unis.

Le prix, qui comprend une récompense de 10 000 dollars pour chaque gagnant, vise à reconnaître officiellement ces exceptionnels «  anglo » olim [immigrants], ancien et nouveau, qui représentent l’esprit du sionisme moderne par leur contribution significative à l’Etat d’Israël.

Le président de la Knesset Yuli Edelstein, qui a inauguré la cérémonie et remis les prix, a salué la contribution des immigrants occidentaux envers Israël.

Edelstein s’est rappelé à quel point, peu de temps après avoir fait son alyah en provenance de l’URSS en 1987, il avait été heureux d’entendre quelqu’un le décrire comme « ressemblant à un Israélien … Il n’y avait personne plus heureux que moi à ce moment-là », a-t-il confié.

Mais avec le temps, il en était venu à intérioriser le fait qu’il n’avait pas besoin d’être « comme un Israélien ». Il était, au contraire, un immigrant de l’ex-URSS qui avait déménagé en Israël et était maintenant « un israélien comme n’importe quel autre » citoyen du pays.

Tous les immigrants et notamment l’ensemble des lauréats, explique Edelstein, « sont tels que nous sommes, quand nous avons immigré, alors que nous avons grandi partout dans le monde. Et chacun d’entre nous faisons notre contribution ici à l’État d’Israël – comme des citoyens égaux. Et c’est précisément l’État d’Israël que je veux voir, et c’est précisément l’Etat d’Israël auquel vous contribuez ».

Le lauréat pour l’œuvre de sa vie le professeur Shimon Glick, qui a aidé à fonder la Faculté de médecine de l’Université Ben Gurion et qui a parlé au nom de tous les gagnants, a cité Winston Churchill en déclarant qu’il y avait « encore beaucoup à faire » et a encouragé des millions d’autres immigrés à faire leur vie en Israël.

Etaient présents à la cérémonie le membre de la Knesset Dov Lipman né aux Etats Unis, et Edan Tamler, un immigrant de 17 ans d’origine américaine et ancien candidat à « The Voice » qui a chanté « Ani Ve’Ata » d’Arik Einstein, chanteur israélien récemment décédé (Vous et moi allons changer le monde ).

Les gagnants 2014 des prix sont les suivants :

Pour la catégorie « Communautaire et à but non lucratif » : Joseph Gitler, fondateur et président de Leket Israël

Pour la catégorie « Éducation » : Rabbanit [titre pour les femmes de rabbins] Malke Bina, fondatrice et rectrice de « Matan »

Pour la catégorie « Esprit d’entreprise et de la technologie » : Yosef Abramowitz, directeur général et co-fondateur de Energia Global Capital et co-fondateur d’ Arava Power Company

Pour la catégorie « Science et médecine » : le professeur Jeffrey Hausdorff, professeur à l’Université de Tel Aviv et directeur du Laboratoire Neurodynamics et Gait Research au Centre Médical de Tel Aviv Sourasky

Pour la catégorie « Culture, sports et arts » : Yaakov Kirschen, créateur de la bande dessinée Dry Bones

Pour la catégorie « Armée et National Service Young Leadership » : Lt. Nira Lee, chef de la communication au siège du Coordonnateur des activités gouvernementales dans les Territoires ( COGAT)

Pour la catégorie « Œuvre d’une vie » : Professeur Shimon Glick, professeur émérite et doyen de la Faculté des sciences de la santé à l’Université Ben Gurion .

Joseph Gitler, qui a fait son alyah en 2000, a remporté le prix de la catégorie communautaire et à but non lucratif pour son travail en tant que fondateur et président de Leket Israël, une banque alimentaire nationale qui fournit de la nourriture à plus de 140 000 personnes chaque semaine.

Le fondatrice et rectrice du centre d’apprentissage des femmes Matan, Malke Bina, a reçu le prix dans la catégorie de l’éducation. Bina, qui a été l’une des premières éducatrices en Israël à enseigner le Talmud et la loi juive aux étudiantes, a fait son alyah en 1971.

Le lauréat de la catégorie de l’entrepreneuriat et de la technologie a été Yosef Abramowitz, le PDG et co-fondateur de Energia Global Capital, ainsi que le co-fondateur de l’ Arava Power Company. Abramowitz, que Nefesh B’Nefesh a surnommé « premier pionnier de l’énergie solaire d’Israël », a fait son alyah en 2006.

Jeffery Hausdorff, le lauréat dans la catégorie des sciences et de la médecine, a abandonné un poste de professeur à l’école de médecine de Harvard en 2000 pour faire son alyah et est maintenant professeur à l’Université de Tel Aviv et directeur du Laboratoire Neurodynamics and gait research au centre médical Sourasky de Tel Aviv. Hausdorff a contribué à la recherche en neurosciences et au vieillissement en Israël et dans le monde entier.

Yaakov Kirschen, créateur de la bande dessinée populaire Dry Bones, a reçu le prix de la Culture, Sports et Arts. Kirschen fait son alyah en 1972.

Lt. Nira Lee, chef de la communication au siège du Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, ou COGAT, a reçu le prix dans la catégorie de l’armée et de National Service of Young Leadership. La native de l’Arizona a servi dans l’armée pendant trois ans; elle a immigré en 2010. Lee a reçu la citation de l’excellence du président en 2013.

Le gagnant du prix de l’œuvre de toute une vie était Shimon Glick, un professeur émérite et doyen de la faculté des Sciences de la Santé à l’Université Ben Gourion. Il a immigré en 1974 pour aider à fonder le corps professoral de l’université de médecine.

« Nous espérons que mettre l’accent sur les réalisations des olim anglo-saxons [immigrants] servira de catalyseur pour inspirer les autres à faire leur alyah. Nous souhaitons souligner les réalisations de ces immigrants qui contribuent à faire une différence dans notre patrie », a déclaré le Rabin Yehoshua Fass, le directeur exécutif et co-fondateur de Nefesh BNefesh , dans un communiqué.

Le jury comprenait le lieutenant-général à la retraite Gabi Ashkenazi, ancien chef de l’état-major de l’armée israélienne ; Dr David Breakstone, vice-président de l’Organisation sioniste mondiale ; David Gerstein, un peintre célèbre et sculpteur ; Rabbi Berel Wein, fondateur et directeur de la Fondation destin ; Yehuda Avner, un auteur et un ancien conseiller du Premier ministre et diplomate; Barbara Goldstein, le directrice-adjointe de la direction de Hadassah en Israël, et le fondateur et rédacteur en chef du Times of Israel David Horovitz.