Un groupe d’environ 40 Israéliens a été expulsé de Chypre mardi après avoir été arrêté alors qu’ils étaient partis en direction d’hôtels situés dans la partie nord de l’île, occupée par la Turquie depuis 1974.

La mesure a été appliquée alors que les autorités chypriotes renforcent la répression contre les visites dans la zone, une destination balnéaire populaire.

Selon la loi chypriote, les touristes n’ont pas le droit d’entrer dans Chypre depuis le nord occupé et risquent l’expulsion s’ils le font. Ceux qui sont arrivés à Chypre avec l’intention de poursuivre leurs vacances dans des zones occupées par la Turquie peuvent également être arrêtés.

Les touristes israéliens sont arrivés par l’aéroport de Larnaca dans la République de Chypre, mais lorsqu’ils ont expliqué aux autorités qu’ils prévoyaient de continuer vers des hôtels situés dans le nord, ils ont été arrêtés et finalement renvoyés en Israël.

Dans le passé, le ministère des Affaires étrangères a fait des efforts diplomatiques pour s’assurer qu’il n’y ait pas de difficultés malgré les lois relatives aux voyages, mais les autorités chypriotes ont récemment commencé à faire appliquer les restrictions.

L’ambassade chypriote a déclaré à Hadashot (l’ancienne Deuxième Chaîne), « chaque touriste qui arrive à Chypre avec l’intention de faire ses vacances dans les territoires occupés par la Turquie viole la loi chypriote et risque d’être expulsé vers son pays d’origine ».

Selon le site d’information Ynet, les Israéliens récemment expulsés avaient été prévenus, par l’ambassade chypriote avant de commencer leur voyage, qu’ils ne devaient pas essayer d’aller dans le nord de Chypre.

Il y a deux jours, le ministère des Affaires étrangères a publié un rappel d’un précédent avertissement de ne pas visiter le nord de Chypre. On précisait que quiconque entrant à Chypre depuis le nord du territoire recevrait une marque noire sur son passeport et ne pourrait plus retourner à Chypre pendant 10 ans. Les contrevenants pourraient aussi recevoir une amende et risqueraient jusqu’à 12 mois en prison.

L’avertissement précisait que les vacanciers se dirigeant vers des hôtels présents sur une liste noire publiée par les chypriotes pourraient se voir refusés l’entrée à Chypre.

Ynet a précisé que la liste noire incluait environ 100 hôtels qui avaient été pris à des résidents grecs qui avaient fui en 1974 quand la Turquie avait envahi la zone.

Depuis septembre, les Chypriotes ont arrêté des dizaines d’Israéliens en direction du nord de Chypre, affirmant que les hôtels sont des propriétés volées, expliquait l’article.

La Turquie a envahi Chypre en juillet 1974 après un un coup d’état sur l’île contre lequel elle s’opposait. Environ 150 000 Chypriotes grecs ont été expulsés des zones capturées par l’armée turque. En 1983, la République Turque de Chypre du Nord a déclaré son indépendance, même si elle n’est pas reconnue par la communauté internationale ou les Nations unies, qui considèrent la zone comme occupée.