Un groupe de jeunes de Bahreïn a publié à la fin du mois dernier une vidéo montrant le « nettoyage » d’un site de Manama où avait eu lieu une cérémonie d’allumage des bougies de Hanoukka, autorisée par le roi de la petite monarchie musulmane.

Une vidéo de la cérémonie, dans laquelle des cheikhs portant des keffiehs dansaient avec des juifs orthodoxes au son d’une musique hassidique, était devenue virale sur Facebook. L’allumage avait eu lieu au premier soir de Hanoukka. Des juifs, des hommes d’affaires et des Bahreïniens y étaient présents.

La vidéo de l’opération de nettoyage, publiée par l’Institut de recherche sur les médias du Moyen Orient (MEMRI), montre des jeunes balayant et frottant le sol de la salle où a eu lieu la cérémonie. Ils portent des vêtements ressemblant à des blouses de laboratoire, qui affichent les dates importantes des relations entre Bahreïn et les Palestiniens, et soutiennent la cause palestinienne.

Pendant qu’ils nettoient, un orateur, qui n’est pas visible sur la vidéo, promet de « racheter la Palestine » et de « nettoyer la tâche faite à l’histoire brillante de nos terres », tout en ajoutant que « nous, les jeunes de Bahreïn, n’oublierons pas notre cause, et continuerons à suivre ce chemin jusqu’à ce que la Palestine soit reconquise, dans sa totalité. »

La vidéo est parsemée d’images de rassemblements pro-palestiniens à Bahreïn, et présente une photo d’une réunion de 2012 entre le roi de Bahreïn Hamed ben Issa al-Khalifa et le responsable du Hamas dans la bande de Gaza, Ismail Haniyeh, pendant qu’une voix déclare que Bahreïn « défend des causes justes, d’abord et avant tout la cause palestinienne. »

Bahreïn, archipel du Golfe persique qui compte 1,4 million d’habitants, est le seul état arabe du Golfe pourvu d’une synagogue. Le pays avait une population juive d’environ 1 500 personnes en 1948. Cependant, beaucoup sont partis après la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël, et presque tous ceux qui étaient restés dans le pays ont fait de même après la guerre des Six Jours en 1967. Il reste aujourd’hui moins de 50 juifs dans le pays.

Le royaume est également unique car son ambassadeur aux Etats-Unis entre 2008 et 2010 était Houda Nonoo, une femme juive qui avait été élue au Parlement du pays.

En 2015, le roi du Bahreïn avait marqué Hanoukka pour la première fois. Il avait invité le directeur de la Conférence des rabbins européens, le rabbin Moshe Lewin, qui avait récité les bénédictions traditionnelles tout en allumant les bougies, et chanté un verset de « Maoz Tzur », l’hymne traditionnel de Hanoukka. Quelques 50 juifs étaient présents à la cérémonie.

Le roi avait accueilli ses invités, déclarant que « l’appel à la guerre contre le terrorisme doit venir des dirigeants de toutes les religions en même temps. Ici, à Bahreïn, les membres de toutes les religions vivent sans crainte, et nous continuerons à permettre aux juifs de vivre en paix et en tranquillité, de maintenir le style de vie, leurs coutumes et les commandements de leur religion sans peur. »

Le Hamas avait condamné la cérémonie de 2016, déclarant dans un communiqué qu’il était « ébahi et consterné que le Bahreïn ait invité « une délégation sioniste, raciste et extrémiste juive à danser avec eux dans un spectacle disgracieux et humiliant ». Il avait également appelé le royaume à « mettre un terme définitif à toute forme de normalisation avec l’ennemi sioniste. »

JTA a contribué à cet article.