Des dizaines de lettres envoyées à l’industriel allemand Oskar Schindler et à sa femme Emilie, exprimant leurs remerciements et leur soutien pour le sauvetage d’un millier de Juifs des chambres à gaz, seront mises aux enchères le mois prochain.

Environ 70 lettres et cartes qui ont été envoyées au couple en Argentine doivent être vendues avec quelques effets personnels d’Emilie.

Les objets vont être mis aux enchères par une firme britannique, Lawrence Auctioneers le 8 décembre prochain. Les lettres devraient atteindre les 2 700 à 3 200 shekels.

« J’ai été très ému par votre abnégation. Plus important encore, je vous remercie, Madame Schindler, d’avoir restauré ma foi en l’humanité », lit-on dans une lettre.

Une autre personne a écrit le 23 septembre 1987 : « Bien que je ne vous aie jamais rencontré, c’est un honneur et un privilège, en tant qu’héritier spirituel de ceux que vous avez sauvés, de vous souhaiter un très joyeux anniversaire ».

La collection comprend une photographie en noir et blanc prise en 1944 d’Oscar Schindler, et des objets présentés à Emilie en reconnaissance de ce que son mari a fait.

L’industriel allemand Oskar Schindler arrive à l’aéroport de Jérusalem, où il est honoré pour avoir sauvé plus de 1000 juifs pendant la Deuxième Guerre Mondiale. (Crédit : Keystone/Getty Images via JTA)

Les montres appartenant à Oscar et Emilie Schindler sont également vendues aux enchères dans des lots séparés.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Schindler (1908-1974) sauva la vie de 1 200 juifs en les employant dans ses usines d’émail et de munitions dans la Pologne occupée par les nazis et en Tchécoslovaquie.

Leur histoire est entrée dans les annales grâce au roman à succès de 1982, La Liste de Schindler, et son adaptation cinématographique Steven Spielberg en 1993.

En 1945, les Schindler se sont installés en Allemagne de l’Ouest et, en 1949, ils ont émigré en Argentine. Oscar Schindler est retourné en Allemagne en 1957, alors que sa femme est restée en Argentine.

L’AFP a contribué à cet article.