RIO DE JANEIRO — Des lycéens brésiliens ont simulé des expériences médicales que les nazis avaient réalisées sur des prisonniers de camps de concentration durant la Shoah.

Les élèves du lycée Milecimo da Silva de rio de Janeiro ont récemment été affectés à la re-création d’un laboratoire nazi pour un événement d’animation scientifique. Selon les confédérations israélites brésiliennes, l’organisation cadre des communautés juives du pays, l’objectif de l’exposition était de souligner les progrès scientifiques présumés réalisés par les médecins nazis qui travaillaient dans les camps.

Des photos publiées sur Facebook ont révélé une bannière rouge accrochée dans l’école, avec des croix gammées et des lettres blanches indiquant : « laboratoire nazi ». Dans ce « laboratoire » sombre, décoré de faux sang, des lycéens incarnaient des médecins en uniforme et arborant un brassard à croix gammée, et d’autres, interprétaient des malades en souffrance.

Une bannière « Laboratoire nazi » accrochée au lycée Milecimo da Silva à Rio de Janeiro, au Brésil (Capture d’écran : Facebook via JTA)

Le département d’Etat de Rio chargé de l’éducation aurait ouvert une enquête pour déterminer si l’école a effectivement fait la promotion du nazisme, un délit passible d’une peine de cinq ans de prison et d’une amende.

Le célèbre médecin nazi Josef Mengele, encore jeune docteur, et la « rampe » du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau en mai 1944, quand Mengele choisissait parfois des prisonniers pour la vie, la mort, ou l’expérimentation. (Crédit : domaine public)

Durant la Seconde guerre mondiale, un certain nombre de médecins – le plus célèbre d’entre eux étant Josef Mengele – avaient mené des expériences douloureuses et souvent mortelles sur des milliers de prisonniers dans les camps de concentration, sans leurs consentements. Ces expérimentations cherchaient à améliorer les performances des soldats allemands et à faire avancer l’idéologie raciale des nazis, avec notamment l’infériorité des Juifs. Six millions de Juifs ont été exterminés durant l’Holocauste.

Au mois d’avril, une classe d’école primaire, dans le nord-est du Brésil, avait été décorée de drapeaux nazis pour un cours sur les régimes totalitaires. L’enseignant avait passé un brassard avec une croix gammée. L’école l’avait ultérieurement salué sur les réseaux sociaux pour sa leçon.

Après avoir essuyé les critiques, les responsables de l’école avaient reconnu que le ton de leur publication était inapproprié et avaient supprimé la publication. Ils avaient toutefois refusé de présenter leurs excuses pour le cours, selon la fédération juive locale.