Des manifestants ultra-orthodoxes bloquent les routes contre l’enrôlement dans l’armée
Rechercher

Des manifestants ultra-orthodoxes bloquent les routes contre l’enrôlement dans l’armée

Des dizaines de manifestants à Jérusalem, Beit Shemesh, Bnei Brak et Yavne appellent à la libération d’Avraham Stern, étudiant de yeshiva

Des ultra-orthodoxes manifestent contre l'arrestation d'un étudiant qui a refusé de s'enrôler dans l'armée,  à Jérusalem, 19 août 2016. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des ultra-orthodoxes manifestent contre l'arrestation d'un étudiant qui a refusé de s'enrôler dans l'armée, à Jérusalem, 19 août 2016. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des dizaines de juifs ultra-orthodoxes ont bloqué les routes en plusieurs endroits du pays dimanche soir, pour protester contre l’arrestation d’un étudiant de yeshiva qui ne s’est pas présenté au recrutement de l’armée.

Le rabbin Shmuel Auerbach, qui dirige la communauté lituanienne ultra-orthodoxe de Jérusalem, a appelé ses fidèles à prendre les rues et à manifester contre l’arrestation d’Avraham Stern, un étudiant de la yeshiva Kamenitz, et contre l’enrôlement dans l’armée israélienne, selon le site d’informations ultra-orthodoxe Kikar Shabbat.

La police a demandé aux conducteurs d’éviter de passer par l’échangeur de Kahanman, proche de la ville majoritairement ultra-orthodoxe de Bnei Brak, en raison des manifestations, ainsi que la voie sud de la route 4 près de l’échangeur de Yavne, que la police luttait pour maintenir ouvert.

Des voitures de police ont été piégées par des manifestants dans les rues Bar Ilan et Shmuel Hanavi de Jérusalem, alors que des dizaines d’hommes se rassemblaient pour la manifestation. Ils portaient des pancartes dénonçant l’enrôlement dans l’armée.

A Beit Shemesh, les manifestants ultra-orthodoxes ont fermé la rue Nahal Hayarden. D’autre part, près de la ville de Modiin, ils ont tenté de bloquer le trafic sur l’échangeur de Shilat, mais ont été repoussés par les policiers de l’unité spéciale de patrouille.

Beaucoup dans la communauté ultra-orthodoxe évitent le service national, obligatoire pour la plupart des Israéliens, et la communauté jouit historiquement d’exemptions générales de l’armée, au profit des études religieuses.

Cependant, certains ultra-orthodoxes, des fidèles d’Auerbach, refusent même de se présenter au bureau de recrutement pour demander ces exemptions.

Samedi soir, des manifestants avaient pris l’intersection principale du quartier ultra-orthodoxe Mea Shearim de Jérusalem, retournant des poubelles et tentant d’interrompre le trafic.

Posted by Ruth Kristina Vasileva on Sunday, 6 November 2016

La police a de temps à autre arrêté l’année dernière des ultra-orthodoxes réfractaires à l’enrôlement.

En juillet, des manifestants s’étaient rassemblés devant le bureau de recrutement de la rue Rashi à Jérusalem, et avaient jeté des pierres sur la police et tenté de bloquer la route. Trois manifestants avaient été arrêtés.

Les réformes votées en 2014 à la Knesset, qui cherchaient à en finir avec les exemptions et à augmenter au fur et à mesure le recrutement des ultra-orthodoxes, ont été très combattues par beaucoup dans la communauté religieuse, qui perçoivent l’armée comme une menace à leur mode de vie.

En novembre dernier, la Knesset avait approuvé un amendement à la Loi sur l’égalité du fardeau, revenant spectaculairement sur les réformes de 2014, et abandonnant les peines collectives imposées si les quotas annuels de recrues ultra-orthodoxes n’étaient pas atteints.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...