Le parti Yesh Atid a accusé jeudi le Premier ministre Benjamin Netanyahu de tenter de diviser le parti centriste pour tenter de sauver la coalition et d’éviter des élections.

Le Premier ministre s’est empressé de rejeter ces affirmations mais des sources du Likud ont confirmé qu’une telle manœuvre avait bien eu lieu, indique Ynet.

Les dirigeants du Likud essaient depuis mercredi de convaincre les membres de yesh Atid de quitter Lapid et de former un nouveau parti, qui quant à lui rejoindrait une coalition formée avec les deux partis ultra-orthodoxes, précise Ynet.

« Si Yesh Atid veut survivre, il doit réagir, se séparer et empêcher la tenue des élections », affirme un membre haut placé du Likud, selon Ynet. « Il y a eu plusieurs discussions à ce sujet, mais pour le moment, et principalement à cause de l’absence de l’intelligence politique des députés de Yesh Atid, il semble que cela ne portera pas ses fruits ».

Cette accusation survient le jour suivant le vote de la Knesset pour sa dissolution. Les chefs des partis ont fixé la date des nouvelles élections pour le 17 mars.

L’article de Ynet maintient qu’une autre femme de la coalition aurait demandé à un député haut placé de Yesh Atid de mener la scission du parti, mais le député, non nommé dans l’article, a refusé.

Le Deuxième chaîne a indiqué que l’ancien ministre de l’éducation Shai Piron faisait partie des divers députés de Yesh Atid qui ont été approchés avec cette proposition.

Une déclaration du parti Yesh Atid accuse Netanyahu d’être derrière cette manœuvre « hystérique et honteuse », même s’il n’y a aucune indication officielle que les membres du Likud ont agi sur les instructions de Netanyahu.

Le communiqué indique : « C’est une autre tentative hystérique et honteuse par la vieille politique d’éviter ce Netanyahu est venu à craindre le plus – des élections. Le Premier ministre est en train de paniquer. Il sait qu’il va perdre son siège aux prochaines élections et fait tout ce qu’il peut pour l’éviter. Yesh Atid continuera à travailler avec intégralité et, ensemble, pour le peuple israélien ».

Le Premier ministre s’est empressé de rejeter ses accusations.

« Le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne travaille pas pour diviser Yesh Atid », peut-on lire dans une déclaration publiée par son bureau. « Ces faibles tactiques politiques reflètent la panique qui étreint le ministre des Finances déchu, Lapid ».

Sans Yesh Atid, la coalition actuelle n’a que 49 sièges sur les 61 nécessaires pour bénéficier de la majorité à la Knesset et pouvoir être en mesure de gouverner.