Des posts Facebook montrent que le terroriste de Jérusalem était en colère contre la déclaration de Trump
Rechercher

Des posts Facebook montrent que le terroriste de Jérusalem était en colère contre la déclaration de Trump

"Sur ton chemin, O patrie, O Jérusalem, O Al Aqsa, notre sang ne vaut pas cher", a écrit le terroriste avant de perpétrer une attaque au couteau

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Photo de Yasin Abu al-Qura, 24 ans, originaire de Talluza, près de Naplouse, qui a poignardé un agent de sécurité à la gare routière centrale de Jérusalem le 10 décembre 2017 (Facebook)
Photo de Yasin Abu al-Qura, 24 ans, originaire de Talluza, près de Naplouse, qui a poignardé un agent de sécurité à la gare routière centrale de Jérusalem le 10 décembre 2017 (Facebook)

Le Palestinien qui a poignardé un garde de sécurité à la poitrine, le blessant gravement, à l’entrée de la gare routière centrale de Jérusalem dimanche a perpétré l’attaque par colère concernant le destin de Jérusalem, selon différentes publications postées sur Facebook.

Les forces de sécurité israéliennes n’ont pas donné le nom de l’homme qui a été appréhendé et arrêté par la police. Pourtant, des médias palestiniens l’ont identifié comme étant Yasin Abou al-Qoura de Tallouza, près de Naplouse.

« Sur ton chemin, O patrie, O Jérusalem, O Al Aqsa, notre sang ne vaut pas cher », a-t-il écrit dans son dernier message Facebook environ 16 heures avant de perpétrer l’attaque au couteau à Jérusalem.

Le message commençait par un chant bien connu et utilisé lors des événements de manifestations palestiniennes à Jérusalem.

« Au nom d’Allah, nous nous sommes levés, nous demandons à hisser le drapeau, pour que notre religion puisse à nouveau être sublime, et la mosquée Al-Aqsa sera à nouveau glorieuse », a-t-il écrit en référence à la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple à Jérusalem.

Mercredi soir, peu après que le président des Etats-Unis Donald Trump a annoncé reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, Qoura a écrit sur Facebook un poème cryptique sur la gloire et la résurrection de Jérusalem.

Le message était accompagné d’une photo du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Capture d’écran de la page Facebook de Yasin Abu al-Qura, 24 ans, le 6 décembre, la nuit où le président américain Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël (Facebook)

L’attaque au couteau intervient au milieu de tensions de plus en plus forts dans la région, après que des groupes palestiniens ont appelé à faire des manifestations de masse et un soulèvement violent en réponse à la décision de Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Trump a déclaré dans son discours mercredi que la délimitation des limites de Jérusalem ferait encore partie d’un accord négocié, et a appelé à ne pas changer le statut quo dans les lieux saints de la ville.

Le Hamas a appelé jeudi à une nouvelle intifada contre Israël, et vendredi, il a incité les Palestiniens à s’opposer aux soldats et aux habitants des implantations.

Le Hamas a également permis à des milliers de Gazaouis de s’opposer aux soldats israéliens à la frontière de Gaza au cours des derniers jours. Son chef, Ismaël Haniyeh a salué vendredi « l’intifada bénie« , a incité à la libération de Jérusalem, et a expliqué clairement que le groupe cherchait à intensifier la violence contre Israël.

Le message du Facebook de Qoura montrait aussi qu’il était un soutien du parti d’Abbas du Fatah.

Les policiers ont fermé la zone autour de la gare routière centrale de Jérusalem, après qu’un terroriste palestinien ait poignardé un vigile, le 10 décembre 2017 (Yonatan Sindel / Flash90)

Des images vidéos violentes de la scène montrant le terroriste donner lentement ses affaires au garde de sécurité, qui contrôlait les voyageurs à la porte d’entrée de la gare routière, avant de sortir un couteau et de le planter dans la poitrine du garde.

Le terroriste a ensuite essayé de prendre la fuite de la scène, mais un policier et des civils l’ont poursuivi avant de le plaquer au sol. La police a démenti des informations de médias selon lesquelles le terroriste avait été abattu. Il a été emmené en garde à vue pour être interrogé.

Le couteau utilisé lors de l’attaque dans laquelle un vigile israélien a été grièvement blessé à Jérusalem le 10 décembre 2017 (Police d’Israël)

Les urgentistes de Magen David Adom ont dit qu’ils ont essayé d’arrêter les hémorragies du garde et lui ont appliqué des bandages pendant les cinq minutes du trajet en ambulance vers l’hôpital.

La victime, qui a environ 40 ans, a été conduite au Centre Médical Share Zedek de la capitale pour y être traité et les docteurs se sont efforcés de le stabiliser et de lui sauver la vie, a déclaré le Dr Ofer Merrin, chef du service des traumatismes.

« Le couteau a malheureusement touché le cœur. Son état a été stabilisé, mais je ne peux pas dire que sa vie n’est pas menacée parce que, comme je l’ai dit, il est dans un état grave », a expliqué le docteur, ajoutant que l’homme était inconscient et sous assistance respiratoire.

Le Palestinien, âgé de 24 ans, avait un permis l’autorisant à travailler dans ce que l’on qualifier de « région tampon », autour de la Cisjordanie, mais pas directement dans l’Israël souverain, a noté le Shin Bet.

Il n’avait pas de lien avec des groupes terroristes, a ajouté le service de sécurité.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...