Les migrants africains retenus en Israël dans le centre de détention de Holot protestent contre le manque présumé de lits forçant certains à dormir à l’extérieur.

Mardi, des centaines de détenus ont ignoré le couvre feu de 22h, restant en dehors de leurs chambres bien après l’heure convenue.

Lundi, 29 migrants ont été transférés de la prison de Saharonim à Holot, et les prisonniers affirment que neuf des nouveaux arrivants ont dû dormir à l’extérieur due à une pénurie de lits, selon Haaretz.

Des fonctionnaires du Service de prisons d’Israël, qui dirige Holot, nie ces accusations et expliquent qu’il y avait des lits disponibles pour les nouveaux détenus, mais qu’ils les ont refusé parce qu’ils voulaient rester ensemble.

Holot, qui a été inauguré l’année dernière est un centre abritant les migrants en attente de leur transfert, compte maintenant 2 300 occupants.

Les migrants y sont envoyés sur ordre du ministère de l’Intérieur d’Israël.