Environ 10 000 Arabes israéliens ont manifesté mardi dans un ancien village palestinien du nord d’Israël pour le « droit au retour » des familles qui en ont été chassées après la création de l’Etat hébreu en 1948.

Organisée par des associations défendant le droit au retour des Palestiniens, la manifestation avait pour mot d’ordre : « Votre journée de l »Indépendance’ est notre ‘Nakba' » (catastrophe), Israël célébrant mardi le 66ème anniversaire de sa création, selon le calendrier hébraïque.

Les manifestants ont brandi des drapeaux palestiniens en égrénant les noms des quelque 500 villages évacués il y a 66 ans, avant de marquer une minute de silence en leur mémoire, a observé un photographe de l’AFP.

La manifestation « a rassemblé environ 10 000 personnes et deux jeunes ont été arrêtés pour des violences contre les policiers », a indiqué à l’AFP Louba Samri, une porte-parole de la police israélienne, confirmant le nombre de participants donné par les organisateurs.

« Il n’y a aura aucune paix, aucune stabilité, et aucune réconciliation sans le droit au retour des réfugiés », a déclaré à l’AFP le député arabe israélien Mohammad Barakeh, du parti communiste Hadash.

La manifestation a eu lieu dans le village israélien de Lavi, construit sur les ruines du village de Loubyia, où vivaient 2.726 Palestiniens jusqu’en 1948, dont les descendants habitent en majorité dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, près de Damas.

Le rassemblement a été marqué par des tensions entre des manifestants et des familles israéliennes qui célébraient à proximité la journée de « l’indépendance » en organisant le traditionnel barbecue familial, et la police a dû s’interposer pour empêcher des affrontements.

A Jérusalem, la police a dispersé une manifestation d’extrémistes juifs qui défilaient dans les rues de la Vieille ville en scandant des slogans anti-arabes, et interpellé deux d’entre eux qui ont tenté de forcer un barrage de sécurité, a indiqué à l’AFP la porte-parole de la police.

La « Nakba » s’est traduite par l’exode de quelque 760 000 Palestiniens, qui sont aujourd’hui avec leurs descendants plus de 5 millions, répartis pour l’essentiel entre la Jordanie, la Syrie, le Liban et les Territoires palestiniens.

Elle est commémorée par les Palestiniens le 15 mai, mais des rassemblements d’Arabes israéliens, qui représentent plus de 20 % de la population, ont lieu chaque année le jour où les Israéliens juifs fêtent la création de l’Etat hébreu.