Les musulmans de tous âges ont répondu par milliers à l’appel à la grande prière du vendredi sur le mont du Temple à Jérusalem-Est.

Entre 37 et 40 000 fidèles se sont pressés à travers les rues de la Vieille ville, placée sous la surveillance de centaines de policiers israéliens, pour franchir les portes du site et remplir la mosquée Al-Aqsa pour les hommes, et le dôme du Rocher pour les femmes, a indiqué Amr Kassouani, un responsable du lieu.

Pour le deuxième vendredi de suite, les check-points israéliens disposés aux portes du site ont laissé passer hommes, femmes et enfants sans limite d’âge. Les policiers se contentaient de s’assurer au hasard qu’untel avait bien un permis de présence à Jérusalem et de prendre à certains jeunes hommes leur pièce d’identité en échange d’un ticket.

Les autorités avaient levé la semaine précédente pour la première fois depuis longtemps l’interdiction d’entrer faite aux hommes jeunes, les plus susceptibles de causer des troubles à leurs yeux. L’idée était de faire baisser la température autour du baril de poudre religieux qu’est l’esplanade.

Elles ont reconduit ces dispositions vendredi dans un contexte encore plus explosif, à la fin d’une nouvelle semaine de violences marquée par l’attentat le plus meurtrier commis à Jérusalem depuis 2008.