Dans la matinée de mardi, des milliers de personnes se sont rendues aux funérailles de l’adolescente qui a été tuée lors de l’attaque à l’arme à feu perpétrée dans une boîte de nuit d’Istanbul le soir de la Saint-Sylvestre.

La dépouille de Lian Zaher Nasser, 19 ans, a été enterrée dans la ville de Tira dont elle était originaire, dans le centre d’Israël. L’assistance nombreuse réunie lors des funérailles a déploré que cette jeune vie ait été interrompue par cet attentat terroriste qui fait 39 morts, des étrangers dans leur majorité.

Parmi les personnes présentes, une délégation de la Liste arabe unie avec à sa tête Ayman Odeh et des représentants de l’Autorité palestinienne envoyés par son président Mahmoud Abbas, selon la radio israélienne.

Le groupe terroriste de l’Etat islamique a revendiqué lundi le carnage commis au sein du Reina, une boîte de nuit d’Istanbul, où Nasser fêtait le nouvel an en compagnie de trois amis de Tira. L’un d’entre eux a été blessé lors de l’attentat.

Lundi, la mairie de Tira avait annoncé que mardi serait une journée de deuil. Elle avait demandé aux habitants de la ville de venir aux funérailles. Pour sa part, la Liste arabe unie avait également appelé le plus de monde possible à assister à la cérémonie.

Le leader de la Liste arabe unie Ayman Odeh (au centre) accompagné de parlementaires issus de sa formation lors des funérailles de Lian Zaher Nasser qui se sont tenues mardi 2 janvier 2017 (Crédit : Porte-parole de la Liste arabe unie)

Le leader de la Liste arabe unie Ayman Odeh (au centre) accompagné de parlementaires issus de sa formation lors des funérailles de Lian Zaher Nasser qui se sont tenues mardi 2 janvier 2017 (Crédit : Porte-parole de la Liste arabe unie)

Alors que les proches de la défunte transportaient le cercueil de Nasser depuis sa maison jusqu’au cimetière de Tira, sa mère s’est écriée, assaillie par la douleur : “Pourquoi avez-vous pris ma fille ?”, des propos rapportés dans les médias hébréophones.

Le maire-adjoint de Tira, Wallid Nasser — qui est un parent de la victime – a prononcé un éloge funèbre, rappelant que ‘Lian adorait la vie’ et qu’elle “avait prévu d’étudier et d’aller de l’avant dans sa vie, avant que cette dernière ne s’interrompe de manière tragique”.

Ahmad Tibi, parlementaire issu de la Liste arabe unie, a qualifié la tuerie d’”action criminelle de terrorisme et a déclaré que l’EI était un « cancer fasciste ».

“L’EI n’est pas l’islam, et la majorité des victimes de l’EI sont musulmanes”, a expliqué Tibi.

“Lian était notre fille à tous et je partage la douleur du peuple turc et celle des familles de toutes les victimes tombées lors de ce massacre qui nous a tous choqués”, a ajouté Tibi.

Un grand nombre de femmes et de jeunes filles sont venues aux funérailles pour afficher leur solidarité avec Nasser après que des critiques émanant des cercles religieux ont émergé, reprochant aux victimes – dont Nasser et ses amis – d’être allés à l’encontre de la tradition musulmane en se rendant dans une boîte de nuit pour y fêter le nouvel an laïque, selon Haaretz.

Le docteur Alaa Abdulahi, qui habite à Tira et qui se trouvait également dans la boîte de nuit au moment du carnage, a déclaré à Haaretz que “cette tentative de calomnie est un autre meurtre de Lian” tout en ajoutant que “nous sommes arrivées à Istanbul en tant que jeunes femmes indépendantes. C’est notre droit de fêter la nouvelle année dans une discothèque connue et privée, et ceux qui ne sont pas d’accord avec cela peuvent aller se casser la tête”.

La Liste arabe unie a également condamné les attaques menées sur les réseaux sociaux, se référant à elles comme étant inspirée de la pensée rampante de l’Etat islamique. La formation politique a demandé à l’opinion publique de rejeter de tels commentaires « qui mettent en péril la communauté arabe toute entière, son identité, son existence et ses luttes fondamentales ».

Lian Zaher Nasser de Tira, assassinée lors d'un attentat à l'arme à feu perpétré dans une boîte de nuit d'Istanbul le 1er janvier 2017 (Autorisation)

Lian Zaher Nasser de Tira, assassinée lors d’un attentat à l’arme à feu perpétré dans une boîte de nuit d’Istanbul le 1er janvier 2017 (Autorisation)