Les deux agents de police druzes israéliens assassinés lors d’un attentat à l’arme à feu perpétré sur le mont du Temple dans la Vieille ville de Jérusalem ont été inhumés lors de deux cérémonies de funérailles séparées dans leurs villages respectifs, au nord d’Israël, vendredi en début de soirée.

Haiel Sitawe, 30 ans, a été enterré dans la ville de Maghar, une municipalité majoritairement druze et arabe du nord d’Israël, dans l’après-midi de vendredi. L’adjudant Kamil Shnaan, 22 ans, a pour sa part été inhumé dans le village druze de Hurfeish, également dans le nord d’Israël.

Sitawe avait rejoint la police des frontières dans le cadre de son service militaire obligatoire au lieu de servir au sein de l’armée. Il était entré dans la police israélienne en 2012 et était intégré depuis l’unité responsable de la sécurisation du mont du Temple. Il laisse derrière lui une épouse, Irin, un fils de trois semaines, ses parents et trois frères.

Shnaan avait rejoint la police directement après le lycée. Il avait décidé de rester au sein des forces de l’ordre il y a sept mois, signant pour une carrière d’officier.

Il était le plus jeune fils d’un ancien membre de la Knesset issu du parti travailliste, Shachiv Shnaan. Sa cérémonie de fiançailles avec sa petite amie devait avoir lieu la semaine prochaine. Shnaan laisse derrière lui ses parents, un frère et trois soeurs.

Shnaan et Sitawe ont été tous deux promus adjudants à titre posthume.

S’exprimant lors des funérailles de Sitawe, le chef de la police Roni Alsheich a salué l’agent « aimé » par ses pairs.

« Aujourd’hui, vous êtes sortis à la tête d’une patrouille. Vous n’étiez même pas censés être dans cette patrouille où vous avez trouvé la mort, mais un ami vous avait demandé votre aide et vous avez immédiatement répondu. C’est ainsi que vous étiez – un véritable ami… », a-t-il dit.

« Vos amis ne parviennent pas à réaliser le fait que vous n’êtes plus en vie… Les membres de la famille ne trouvent pas les mots pour qualifier leur douleur. Leur douleur est notre douleur, leur chagrin est notre chagrin… Nous vous embrassons, nous vous promettons que jamais, vous n’avancerez seuls », a-t-il déclaré aux familles.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a également pris la parole lors de ces funérailles, disant de Sitawe que par ses actions courageuses, ce dernier avait sauvé de nombreuses vies.

Lors de la cérémonie d’inhumation de Shnaan, plus tard dans l’après-midi, son père a expliqué aux médias qu’il avait élevé son fils à « aimer son pays, aimer la vie, aimer les gens ».

Il a ajouté que la mort de son enfant « marquait un moment où nous remercions Dieu pour tout ce qu’il a donné, 22 ans. ». Après un bref silence marqué par le chagrin, il a indiqué que son fils n’était plus « avec nous » et qu’il priait « pour qu’il soit la dernière victime du terrorisme, pour que les gens comprennent que trop, c’est trop ».

Des milliers de personnes ont participé à la cérémonie.

L’attaque qui a entraîné la mort de Sitawe et Shnaan a commencé juste après 7 heures du matin, vendredi, lorsque trois terroristes arabes israéliens ont ouvert le feu sur un groupe d’agents de police dans une allée située aux abords du mont du Temple.

Les deux hommes ont été grièvement blessés lors de l’attentat, et ont succombé plus tard à leurs blessures.

Les terroristes, originaires de la ville arabe d’Umm al-Fahm, se sont enfuis dans le complexe du mont du Temple avant de tomber sous les balles des agents de police sur les lieux, a fait savoir un porte-parole des forces de l’ordre.

Une séquence filmée par des caméras de surveillance diffusée dans la soirée de vendredi montre les premiers moments de l’attentat, lorsque les terroristes se sont montrés, tirant dans le dos de l’un des agents.

S’exprimant devant la presse après l’attentat, le chef de la police israélienne, Roni Alsheich, a déclaré : « Cette matinée a été dure pour la police. Nous avons perdu deux hommes, des agents, qui ont payé le prix le plus cher dans cette attaque ».

Suite à l’information de leurs décès, les politiciens israéliens et d’anciens responsables de la Défense ont offert leur soutien à la communauté druze d’Israël.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett a indiqué dans une déclaration que « le peuple juif a un lien éternel avec nos frères, les druzes », ajoutant qu’il était en deuil de Shnaan et Sitawe.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon a écrit sur Twitter que son « coeur est aux côtés des familles des policiers, nos frères druzes héroïques assassinés au cours de cet attentat méprisable ».

L’ancien général Noam Tibon a écrit dans un Tweet qu’il « salue les soldats druzes, ayant constaté « leur grande contribution à la défense d’Israël au cours de longues années passées au sein de l’armée israélienne ».

« J’embrasse les familles Shnaan et Sitawe pour la perte de leurs fils », a-t-il ajouté.

Le chef de la police a qualifié cet attentat d' »extraordinaire et extrême ».

Les personnels médicaux d'urgence soignent les victimes d'un attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, dans la Vieille ville, le 14 juillet 2017 (Crédit : Magen David Adom)

Les personnels médicaux d’urgence soignent les victimes d’un attentat terroriste perpétré sur le mont du Temple à Jérusalem, dans la Vieille ville, le 14 juillet 2017 (Crédit : Magen David Adom)

Tandis que les fusillades et les attaques au couteau sont fréquentes dans la Vieille Ville de Jérusalem depuis deux ans, les attentats perpétrés sur le mont du Temple lui-même ou à proximité sont excessivement rares.

« Une attaque à l’arme à feu sur le mont du Temple est un événement grave, sensible et rempli de signification que ce soit au niveau de la politique nationale ou internationale », a dit Alsheich.