Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles de Yaqoub Mousa Abu Al-Qiaan, qui a été tué la semaine dernière dans un violent affrontement lors des démolitions de maisons dans le village d’Umm al-Hiran.

Ceux qui se sont exprimés lors des funérailles d’Abu al-Qiaan ont évoqué leur colère contre la police et les affirmations du Premier ministre Benjamin Netanyahu selon lesquelles il était un terroriste et un islamiste radical.

La police avait gardé la dépouille d’Abu al-Qia’an jusqu’à ce matin, affirmant que l’enseignant était un terroriste qui a percuté les policiers intentionnellement et qui a provoqué le décès du sergent Erez Levi.

Cependant, des membres de la famille et des témoins affirment que la police a d’abord tiré sur Abu Al-Qiaan, lui faisant perdre le contrôle du véhicule.

Un tribunal a ordonné à la police de rendre le corps et dans cette décision, il n’est fait aucune mention d’Abu Al-Qia’an comme étant un terroriste.

Erez Levi, policier de 34 ans, a été tué dans une attaque à la voiture bélier dans le village bédouin d'Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : police israélienne)

Erez Levi, policier de 34 ans, a été tué dans une attaque à la voiture bélier dans le village bédouin d’Umm al-Hiran, dans le désert du Néguev, le 18 janvier 2017. (Crédit : police israélienne)