La page Facebook de Sean Carmeli est presque typique pour un jeune de 21 ans. Il y a sa photo de profil prise avec une fille se penchant sur lui, des photos Instagram floutées avec des amis à des soirées et une vieille image de lui sur sa bicyclette avec des amis sur la promenade de Tel Aviv. Il y a également sa photo de couverture avec ses coéquipiers, certains visages sont noircis, les armes à la main.

Pas tout le monde n’est souriant sur cette photo mais Carmeli l’est.

« Moi et mon équipe », a-t-il écrit en titre d’une série de photos postées sur Facebook.

Le premier sergent Nissim Sean Carmeli a été tué samedi dans la nuit quand son véhicule, le transporteur blindé de troupes, qui figurait dans cet album Facebook, a été touché par un missile antitank dans la bande de Gaza – un des 13 soldats des Golani tués dans le bastion du Hamas de Chajaya, cette nuit.

« Pas dormir, beaucoup conduire » a écrit Carmeli sous une photo de lui en uniforme complet, en face d’un APC.

Carmeli a été enterré au cimetière Neve David à Haïfa, lundi matin. Des dizaines de milliers de personnes ont participé aux funérailles, certaines estimations stupéfiantes faisant état de 20 000 personnes.

Il y a eu des inquiétudes que le soldat solitaire qui partage son temps entre Raanana et South Padre Island au Texas où ses parents israéliens vivent n’ait pas assez de monde pour lui rendre hommage à son enterrement.

Mais comme c’était un grand fan du Maccabi Haïfa, l’équipe de football a posté une photo du soldat sur sa page Facebook, demandant aux fans d’aller à son enterrement pour que celui-ci ne soit pas désert.

La foule réunie pour les funérailles du soldat tombé au combat à Gaza (Crédit : Gili Yaari/Flash 90)

La foule réunie pour les funérailles du soldat tombé au combat à Gaza (Crédit : Gili Yaari/Flash 90)

L’équipe a également annoncé qu’elle mettait en place deux bus attendant au cimetière pour ramener les gens dans le centre-ville après le dernier bus de 23h.

Ahuvah Berger, une résidente de Kfar Saba qui a participé aux funérailles, a été frappée par le mélange de gens.

« Il y avait des gens de tous horizons » a-t-elle dit. « Religieux, laïcs, Loubavitch, un groupe de Raanana, énormément de gens de Haïfa. Des soldats de la marine, de l’armée de l’air et des infanteries. C’était vraiment impressionnant de voir ça. Et il y avait beaucoup de gens marchant autour en portant des drapeaux, des drapeaux israéliens ».

Le maire de Raanana Zeev Bielski a pris la parole, tout comme le proviseur d’Ostrovski, le lycée dans lequel Carmeli a été élève.

Bien que Carmeli ait passé ses années de lycée à Raanana sous la garde de ses deux grandes sœurs, il était également lié à la communauté de South Padre, dans laquelle ses parents sont devenus très impliqués dans la petite mais puissante communauté gérée par des Loubavitch.

Techniquement, c’était un soldat solitaire car ses parents ne vivent pas en Israël en ce moment. Toutefois il était proche de sa famille, appelant ses sœurs et nièces, « mes filles », et écrivant à propos du bébé sa sœur, « ma petite nièce, elle est grave mignonne et incroyable ».

Carmeli a servi dans la brigade Golani avec honneur. Quand il a été appelé pour Gaza, la semaine dernière, son officier lui a dit qu’il n’avait pas à aller au front à cause d’une blessure au pied. Carmeli a insisté pour servir avec ses coéquipiers.