Quelque 3 000 coureurs ont participé vendredi au troisième marathon biblique annuel, dont le parcours suit une route décrite dans une histoire biblique qui, comme les organisateurs aiment à le dire, a eu lieu bien avant la course légendaire en Grèce qui a donné son nom au marathon.

En plus des coureurs d’Israël, il y avait une grande délégation de Chine ainsi que des participants venus du Brésil, de la Russie, de la Suède et de l’Espagne.

La course comprenait une distance de marathon complète, qui partait de Rosh Haayin dans le centre d’Israël pour aller jusqu’à l’implantation de Shiloh en Cisjordanie, retraçant un chemin décrit dans le Livre de Samuel. Il y avait également des courses de semi-marathon, des courses de 10 et 5 kilomètres et des courses de 400 mètre pour enfants.

Lukatch Wilk de Pologne (au centre) remporte le troisième Marathon masculin biblique annuel, le 6 octobre 2017 (Crédit : Conseil régional de Benjamin)

Lukatch Wilk de Pologne (au centre) remporte le troisième Marathon masculin biblique annuel, le 6 octobre 2017 (Crédit : Conseil régional de Benjamin)

Le marathon pour homme a été remporté par le Polonais Lukatch Wilk avec un chronomètre de 3:23:25. Le marathon féminin a été remporté par l’entraineure physique israélienne Ayelet Shrem en 4:12:33.

Ayelet Shrem (au centre) remporte la course féminine du troisième Marathon biblique annuel, le 6 octobre 2017 (Crédit : Conseil régional de Benjamin)

Ayelet Shrem (au centre) remporte la course féminine du troisième Marathon biblique annuel, le 6 octobre 2017 (Crédit : Conseil régional de Benjamin)

La course en grande partie ascendante connaît une élévation de 1 097 mètres du début à la fin, ce qui en fait l’un des marathons les plus difficiles au monde.

Le parcours du marathon est basé sur un certain nombre de versets du le livre biblique 1 Samuel 4 quand Israël a été vaincu par les Philistins dans une bataille au cours de laquelle l’Arche de l’Alliance a été saisie.

La nouvelle de la défaite a été apportée par un homme de la tribu de Benjamin qui a couru du champ de bataille à Even Ezer (Rosh HaAyin dans les temps modernes) jusqu’à Shiloh pour informer le prophète Samuel.

Les organisateurs affirment que la distance était exactement à 42 kilomètres, et décrivent ce parcours comme le premier marathon.

Le Marathon moderne est basé sur la légende de Phidippidès qui a parcouru les 42 kilomètres entre Marathon à Athènes après la bataille, pour annoncer la victoire grecque contre les Perses en 490 avant notre ère.

Le mois dernier, l’instance internationale du marathon a décidé d’exclure la course de la liste des marathons officiels parce qu’elle traverse le territoire de la Cisjordanie, que les Palestiniens et la plupart du monde considèrent comme étant occupée.

L’Association des Marathons d’Israël a déclaré que l’Association des Marathons Internationaux et des Distances Races avait exhibé un « caractère discriminatoire » contre le Marathon de la Bible qui « entraînera certainement une grande colère » parmi les coureurs du monde entier.

Israël a conquis la Cisjordanie, avec la bande de Gaza et Jérusalem-Est, pendant la guerre des Six Jours en 1967. Israël a depuis annexé Jérusalem-Est et cette décision n’a pas été reconnue au niveau international. Israël s’est retiré de Gaza en 2005. Quelque 400 000 Israéliens vivent dans des implantations construites en Cisjordanie.

Dans sa lettre, l’Association israélienne du marathon a dénoncé « le déni injuste et politisé de l’adhésion à la course la plus ancienne du monde ».