Quelque 3 500 manifestants se sont rassemblés à Francfort pour protester contre une vague d’incidents antisémites en Allemagne.

Sous la bannière « Levez-vous ! Plus jamais l’antisémitisme », les manifestants devant l’Hôtel de Ville dimanche dernier ont également exprimé leur solidarité avec les minorités religieuses persécutées par le groupe djihadiste l’Etat islamique.

Des centaines de membres de l’Association d’amitié israélo-kurde ont participé au rassemblement, a indiqué l’organisateur de l’événement Sacha Stawski au JTA.

« Les voir chanter et danser avec des drapeaux israéliens dans leurs mains, c’était un spectacle vraiment incroyable, » dit-il.

Beaucoup de drapeaux kurdes ont été brandis aux côtés de ceux d’Israël.

La manifestation sera suivie le 14 septembre par un rassemblement national à Berlin coordonné par le Conseil central des Juifs en Allemagne. Le président fédéral allemand Joachim Gauck devrait prendre la parole.

Durant le week-end à Francfort, une large coalition de leaders religieux et politiques juifs ont rejoint les rangs pour dénoncer la récente vague d’attaques verbales et physiques contre des Juifs dans les villes allemandes, dont certaines ont eu lieu lors des manifestations anti-israéliennes.

Les principaux messages étaient que la critique des politiques à l’égard du gouvernement israélien ou de tout autre pays ne saurait être utilisée comme prétexte pour des expressions antisémites, et que tolérer l’antisémitisme est de mauvais augure pour toutes les minorités, pas seulement les Juifs, affirme Geneviève Dion, fondatrice de l’organisme de surveillance de l’Internet pro-Israël et présidente de l’ONG « J’aime Israël ».

Parmi les participants figuraient l’ambassadeur d’Israël en Allemagne, Yakov Hadas-Handelsman, le président du Conseil central Dieter Graumann, et le maire de Francfort Peter Feldmann. La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé son soutien à l’événement dans une lettre.

Une porte-parole du groupe d’amitié Allemagne-Israël, Natasha Langmann, a appelé les participants à se joindre « aux Kurdes et aux Yézidis contre le Hamas et l’EI », en référence à la minorité religieuse qui est l’un des groupes victimes d’un état de siège par le groupe islamiste radical en Irak.