Des milliers de tracts de suprémacistes blancs et néo-nazis ont été envoyés cette semaine aux habitants du comté de Montgomery, en Pennsylvanie, dans le cadre de ce que les autorités locales ont décrit comme une tendance « inquiétante » mais non criminelle.

Les pamphlets contenaient des dessins antisémites et d’autres dessins racistes, ainsi qu’une croix gammée et l’adresse du site Web d’une organisation appelée « The Right Stuff », a signalé le Huffington Post jeudi.

Certains des dépliants ont été envoyés à des personnes spécifiques, a précisé Andrew Skelton, le chef de la police d’East Greenville, au Huffington Post.

Un résident qui avait un drapeau américain à l’extérieur de sa maison a reçu une enveloppe adressée à un « Américain Fier ». Un autre qui avait un drapeau des Eagles a reçu une lettre adressée à un « Fan des Eagles ».

Environ 5 000 tracts ont été envoyés. Certains présentaient une caricature stéréotypée d’un Juif tirant les ficelles du gouvernement, accompagnée de la citation : « donnez-moi le contrôle de l’argent d’une nation et je ne me soucie pas de qui fait ses lois », qui a été faussement attribué à Mayer Amschel Rothschild et qui est régulièrement utilisé par les antisémites et les théoriciens du complot.

Un autre dépliant avait une caricature d’une personne noire grossièrement dessinée pointant un couteau à la gorge d’un homme blanc et la phrase suivante écrite à la main : « Bienvenue dans des États-Unis ‘multiculturels’. Vous vous sentez enrichi ? ».

Un autre tract comportait une citation d’Adolf Hitler.

Cependant, les responsables locaux des forces de l’ordre ont déclaré qu’aucun crime n’avait été commis dans la distribution de ce contenu raciste.

« Le bureau du procureur du comté de Montgomery a confirmé qu’AUCUN crime n’a été commis par la ou les personnes qui ont posté les tracts dérangeants. Vous être libre de les faire disparaître de manière appropriée », a écrit le département de police du district d’East Greenville sur sa page Facebook officielle.

« Est-ce dérangeant ? Oui », a déclaré Skelton au Huffington Post. « Mais est-ce un crime ? Non. »

Le fondateur de « The Right Stuff », Michael Peinovich, a déclaré que son groupe n’avait pas envoyé les dépliants, bien qu’il n’ait pas exclu la possibilité qu’ils aient été envoyés par « nos fans et amis qui feront des campagnes de tractage ».