Le ministre de la Santé Yaakov Litzman et le vice-ministre de l’Education Meir Porush ont rendu visite mardi à un rabbin condamné pour des crimes sexuels, qui purge actuellement une peine réduite à domicile après sa sortie de prison pour raisons médicales.

Eliezer Berland, âgé de 80 ans, a été condamné à 18 mois de prison en novembre dernier, après avoir été reconnu coupable de deux actes indécents et d’un cas d’agression sexuelle, dans le cadre d’un accord conclu avec les procureurs.

Ce mois-ci, après avoir purgé une peine de cinq mois de prison, il a reçu la permission de s’installer dans un hôtel proche de l’hôpital Hadassah sur le mont Scopus de Jérusalem, où il sera sous surveillance constante jusqu’en octobre 2017, date de la fin de sa peine.

Des médias israéliens ont annoncé qu’il souffrait d’un cancer.

La députée de l’opposition Ayelet Nahmias-Verbin (Union Sioniste) a déclaré qu’en rendant visite à Berland, les deux ministres ont fait du tort à tous les citoyens respectueux de la loi, qui voient que leurs dirigeants rendent hommage à un criminel sexuel qui a blessé des femmes, a annoncé la Deuxième chaîne. « Les visites filmées des dirigeants du parti Yahadout HaTorah chez le rabbin Berland sont insupportable », a-t-elle déclaré.

« C’est particulièrement inacceptable de la part d’une population qui insiste sur la pudeur dans ses formes les plus extrêmes », a-t-elle ajouté.

Des proches de Litzman ont déclaré que le ministre lui rendait visite après de nombreuses demandes des soutiens de Berland, et que « même un criminel a des droits », a annoncé le site d’information Ynet.

La députée de l'Union sioniste Ayelet Nahmias-Verbin. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

La députée de l’Union sioniste Ayelet Nahmias-Verbin. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Une source du bureau de Litzman a déclaré que Berland avait payé sa dette et qu’il avait fini sa peine de prison. « Quand il était en prison, c’était différent », a déclaré la source, ajoutant que la visite « ne donne en aucune manière de légitimité aux crimes qui lui sont attribués, s’il les a commis. »

Des proches du rabbin Berland se sont exprimés sur la visite des ministres : « La population verra et jugera comment les médias [font un scandale] lorsque des personnalités publiques qui ont été en contact avec le rabbin pendant plus de 30 ans viennent lui rendre visite à l’hôpital », a annoncé la Deuxième chaîne.

L’avocat de Berland, Rotem Tubul, a déclaré que le rabbin était « très malade » et devait être hospitalisé de temps en temps. Pendant la fête de Pessah, qui finissait lundi, de nombreux rabbins et d’autres personnalités étaient venus lui souhaiter une bonne santé et un prompt rétablissement.

Considéré comme un chef de culte par des milliers de ses fidèles du mouvement hassidique Bratslav, Berland a fui Israël en 2013 après avoir été accusé d’avoir agressé deux fidèles femmes, dont une mineure.

Il a fui les autorités jusqu’en 2016, évitant plusieurs tentatives israéliennes de l’extrader. Il a déménagé au Zimbabwe, en Suisse, aux Pays-Bas et en Afrique du Sud, accompagné d’un groupe de fidèles soutiens d’environ 40 familles.

Selon le chef d’accusation, Berland recevait souvent dans ses maisons de Jérusalem et de Beitar Illit, pour des rencontres privées où il donnait des conseils spirituels, des conseils ou des bénédictions. Le rabbin profitait parfois de ces rencontres et de sa position dans la communauté pour avoir des relations sexuelles avec des femmes, y compris des mineures.