Une quarantaine de Palestiniens sont détenus dans les prisons de l’Autorité palestinienne et sont soupçonnés d’avoir combattu aux côtés des rebelles contre les forces du président Bashar el-Assad, ont confié jeudi au Times of Israel des responsables palestiniens. Les combattants ont été arrêtés à leur retour en Cisjordanie.

Lors des interrogatoires, les prisonniers ont révélé avoir rejoint une variété d’organisations islamistes actives lors de la guerre civile en Syrie, dont  Jabhat al-Nusra et l’Etat islamique en Irak et au Levant, deux groupes affilés à Al-Qaïda et considérés comme organisations terroristes par Israël et les Etats-Unis.

Les responsables palestiniens précisent que les forces de l’Autorité palestinienne ont récemment arrêté une trentaine de personnes soupçonnées d’appartenir à un réseau de djihadistes salafistes en Cisjordanie.

Les services de renseignements du Shin Bet ont prévenu que la guerre civile en Syrie, qui attire des aspirants djihadistes dans tout le Moyen Orient, avait renforcé l’assise d’Al-Qaïda et d’organisations similaires dans la région. Selon le Shin Bet, ces groupes font tout leur possible pour se joindre à des Palestiniens volontaires en Cisjordanie et à Jérusalem Est dans l’optique d’attaquer Israël et des cibles occidentales.

En janvier, deux résidents de Jérusalem Est ont été inculpés au Tribunal de District de la municipalité pour avoir élaboré avec Al-Qaïda des projets terroristes, dont des attentats à l’ambassade américaine de Tel Aviv et au Palais des Congrès International de Jérusalem ainsi que l’enlèvement d’un soldat israélien.

En novembre dernier, une unité israélienne spécialisée dans l’anti-terrorisme a tué trois membres d’un groupe salafiste lors d’une fusillade à Hébron, en Cisjordanie. Des responsables militaires israéliens ont confié qu’il existait une forme de coopération avec leurs homologues palestiniens en Cisjordanie pour garder sous contrôle les salafistes.

Les responsables palestiniens qui se sont confiés jeudi au Times of Israel affirment que l’AP est déterminée à briser les tentatives des groupes radicaux de pénétrer en Cisjordanie pour semer la violence et la terreur. L’Autorité palestinienne, qui tâche de faire échouer les attaques fomentées par le Hamas et le Djihad Islamique, a selon eux récemment enregistré plusieurs succès.

Malgré tout, l’appareil sécuritaire de l’AP a réduit son activité au sein des camps de réfugiés palestiniens alors même que de plus en plus de résidents de ces camps surpeuplés et frappés par la pauvreté se radicalisent et s’éloignent du Fatah.

En décembre, un rapport publié par un centre de renseignements d’Herzliya a révélé qu’un nombre croissant de Palestiniens de Gaza se rendaient en Syrie pour combattre aux côtés des groupes rebelles. Sept natifs de Gaza, dont d’anciens membres du Hamas au pouvoir, ont jusqu’à présent été tués dans les combats, donc trois à la suite d’attaques suicides, selon le rapport.

De plus, entre 10 et 15 Arabes israéliens ont voyagé en Syrie pour prendre part aux combats, indique le rapport.

Les combattants palestiniens et Arabes israéliens en Syrie entrent essentiellement par la Turquie, précise le rapport. Certains d’entre eux sont venus d’Arabie Saoudite en tant que pèlerins lors du Hajj, le pèlerinage annuel des Musulmans à La Mecque.

Malgré un nombre relativement faible de combattants palestiniens, le rapport s’inquiète d’une possible radicalisation sur le champ de bataille et d’une tentative de mener des attaques contre  leur propre gouvernement – à Gaza ou en Israël – lors de leur retour au pays. Il semble que ces inquiétudes s’étendent désormais à la Cisjordanie.

Elhanan Miller a contribué à cet article.