Des pamphlets antisémites de L.-F. Céline réédités : la Dilcrah veut « des garanties »
Rechercher

Des pamphlets antisémites de L.-F. Céline réédités : la Dilcrah veut « des garanties »

Contre la volonté de l'auteur de "Voyage au bout de la nuit", trois ouvrages virulemment antisémites vont être réédités selon la volonté de sa veuve Lucienne Almanzor chez Gallimard

Louis Ferdinand Céline (Crédit : Wikimedia commons/Domaine public)
Louis Ferdinand Céline (Crédit : Wikimedia commons/Domaine public)

Le préfet Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, a mis en garde les éditions Gallimard sur les risques d’une réédition des pamphlets antisémites de Louis-Ferdinand Céline.

« Ce sont des ouvrages carrément antisémites et racistes. J’ai relu hier soir une partie de ‘L’École des cadavres’, qui date de 1937 : il ne s’agit pas d’une version soft du ‘Voyage au bout de la nuit’, mais d’incitation à la haine pure et dure », a déclaré vendredi le préfet à l’AFP.

Gallimard envisage de publier en mai 2018, sous le titre « Écrits polémiques », un volume rassemblant les textes antisémites et racistes de Céline : Bagatelles pour un massacre, L’école des cadavres, Les Beaux draps.

Lucienne Almanzor, la veuve de Louis-Ferdinand Céline, 105 ans, a décidé, contre la volonté exprimé de son mari, décédé en 1961, d’accepter la réédition de trois pamphlets aux forts accents antisémites, révèle le site de L’Incorrect.

« Mon rôle est d’alerter, de prévenir, de mettre en garde les éditions Gallimard et de les appeler à la responsabilité quant à l’appareillage critique qui accompagne cette édition », a dit M. Potier.

« Nous ne sommes pas dans un rôle de censeur, a-t-il tempéré, mais de lanceur d’alerte : on souhaite des garanties » même si, a-t-il souligné, « nous avons confiance dans les éditions Gallimard, maison très sérieuse qui connaît bien son métier ».

Le préfet Frédéric Potier (d.) de la DILCRAH en octobre 2017 (Crédit: Dilcrah)

« Dans un contexte où le fléau de l’antisémitisme doit être plus que jamais combattu avec force, les modalités de mise à disposition du grand public de ces écrits doivent être réfléchies avec soin », écrit Frédéric Potier.

« La qualité de l’appareil critique qui les accompagne, et notamment sa capacité à éclairer le contexte historique et idéologique de leur production, ainsi que le décryptage des biais de l’auteur et des erreurs factuelles contenues sont dès lors déterminants, » précise-t-il.

Pierre Assouline, un spécialiste de Céline, devrait écrire la préface de cette réédition.

L’ayant-droit aurait été convaincue de faire rééditer ces pamphlets suite à « la réédition des Décombres, le célèbre pamphlet de Rebatet, en 2015, chez Robert Lafont, lui aussi encadré d’un important appareil critique, [qui] n’a pas déclenché de vagues de protestation particulières », explique L’Incorrect.

« Des raisons plus matérielles ont aussi pu jouer, ajoute l’hebdomadaire. A 105 ans, l’ancienne danseuse Lucette Destouches a besoin d’une assistance médicalisée 24 heures sur 24, ce qui nécessite de rémunérer trois personnes à temps plein ».

M. Potier a reconnu qu’il s’agissait de la part du gouvernement d’une « démarche assez inhabituelle ». « Mais, a-t-il ajouté, on aurait tort de laisser publier de manière trop facile ce genre de choses ».

Saisi par des associations de lutte contre l’antisémitisme et des particuliers, le délégué interministériel a adressé une lettre à Antoine Gallimard, le patron des éditions éponyme.

« Dans un contexte où le fléau de l’antisémitisme doit être plus que jamais combattu avec force, les modalités de mise à disposition du grand public de ces écrits doivent être réfléchies avec soin », écrit M. Potier dans cette lettre, citée par l’Express et que l’AFP a pu consulter.

« La qualité de l’appareil critique qui les accompagne, et notamment sa capacité à éclairer le contexte historique et idéologique de leur production, ainsi que le décryptage des biais de l’auteur et des erreurs factuelles contenues sont dès lors déterminants », insiste-t-il dans son courrier.

« Afin de lever les inquiétudes que fait naître à cet égard le calendrier serré annoncé, je vous serais très reconnaissant de bien vouloir m’éclairer sur les conditions d’élaboration de cette édition critique et sur les mesures prises pour en garantir la scientificité et la pluridisciplinarité », a-t-il conclu.

Contacté par l’AFP, Gallimard n’avait pas réagi en milieu d’après-midi.

Les trois textes antisémites de Céline, publiés entre 1937 et 1941, n’ont pas été réédités depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. On peut cependant les trouver assez facilement sur internet, sans appareil critique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...