Un groupe de parlementaires britanniques de premier plan ont mis en garde lundi contre une hausse « inquiétante » de l’antisémitisme dans leur pays, a rapporté Reuters.

« Alors que la communauté juive est diverse et multiforme, il y a une inquiétude palpable, un sentiment d’insécurité, de solitude et de peur après la hausse des incidents de cet été et les événements qui ont suivi », ont déclaré les parlementaires dans un rapport.

« Une compréhension plus poussée de l’antisémitisme est nécessaire, avec de meilleures définitions des limites de ce qui est acceptable dans les discours. »

La semaine dernière, un groupe juif qui recense les incidents antisémites a signalé qu’un nombre record d’attaques s’est produit l’année dernière, alimenté par le conflit à Gaza.

Le Community security trust (CST) a déclaré jeudi que 1168 incidents antisémites ont été signalés au cours de 2014. C’est plus du double que les 535 incidents observés en 2013, et le total annuel le plus élevé observé depuis que CST a commencé ses décomptes en 1984.

Selon Reuters, le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré lundi que le rapport des législateurs était « extrêmement important ».

« Des désaccords sur la politique étrangère ou la politique ne peuvent jamais être autorisés à justifier l’antisémitisme ou toute autre forme de racisme, de préjudice ou d’extrémisme », a-t-il affirmé.

Le rapport parlementaire exhorte les autorités à prendre des mesures pour « assurer aux communautés juives la protection nécessaire contre la menace terroriste continue à laquelle elles sont confrontées », en particulier assurer la sécurité des synagogues au moyen d’un fonds gouvernemental dédié.

Le CST a déclaré dans son rapport de la semaine dernière que le conflit de l’été dernier entre Israël et le Hamas a provoqué une flambée des incidents qui ont été le plus grand facteur dans la hausse du nombre de cas.

Le type le plus commun d’incident était la violence verbale contre des personnes juives en public.

Un Britannique sur trois (37%) estime que le sentiment antisémite est plus répandu qu’il y a dix ans, selon un sondage publié avec le rapport parlementaire et réalisé par Populus auprès de 1.001 personnes en janvier.

« Le Royaume-Uni est réputé pour être un leader mondial dans la lutte contre l’antisémitisme. Si nous voulons continuer à tenir ce rôle, nous devons constamment réviser et mettre à jour notre approche et nos méthodes pour combattre cet ancien préjugé », conclut le rapport.

D’autres incidents comprennent des dommages et la profanation des biens juifs, des graffitis, des menaces antisémites par des courriels envoyés en masse.

Une enquête récente a montré que les Britanniques se sentent plus « défavorables » à Israël qu’envers n’importe quel autre pays dans le monde, à l’exception de la Corée du Nord.

Le premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans a déclaré en janvier que le continent était confronté à un « énorme défi » pour rassurer les Juifs sur leur avenir en Europe après une récente vague d’attentats islamistes à Paris.

« Aujourd’hui, nous voyons dans certains de nos États membres que la majorité de la communauté juive n’est pas sûre qu’ils aient un avenir en Europe », a-t-il dit.

Et d’ajouter : « Je pense qu’il s’agit d’un énorme défi à la fondation même de l’intégration européenne. »

Il a déclaré que la question était plus importante que la monnaie unique européenne, des marchés internes ou d’autres initiatives.

C’est une « valeur fondamentale » de faire en sorte que tout le monde ait sa place en Europe, quelles que soient ses croyances ou ses origines.

Timmermans a déclaré que les Européens doivent utiliser l’éducation et d’autres outils « pour s’assurer que nous n’abandons pas une partie de notre population à l’extrémisme, au fanatisme, à l’exclusion ».