Le patriarche latin de Jérusalem a appelé les chrétiens à tenir bon face à la tragédie, au moment où des milliers de pèlerins célébraient Pâques sur les lieux où Jésus a été crucifié avant de ressusciter selon la tradition.

« Nous sommes chaque jour au Moyen-Orient témoins d’événements tragiques qui nous rendent encore contemporains du Calvaire », a affirmé dans son homélie de Pâques Mgr Fouad Twal, la plus haute autorité catholique romaine en Terre sainte.

« Nous avons une grande responsabilité, celle de persévérer dans l’espoir d’une vie de joie, en dépit des nombreuses adversités », a-t-il poursuivi dans la basilique du Saint-Sépulcre.

Cette église est située dans la Vieille ville de Jérusalem qui abrite nombre de sites sacrés juifs, chrétiens et musulmans.

Mgr Twal est revenu sur le sort des chrétiens du Moyen-Orient, victimes notamment des exactions de groupes djihadistes en Syrie et en Irak.

« Notre futur dans cette région et dans ce monde sont incertains, et même incompréhensibles, mais n’ayez pas peur », a-t-il déclaré, appelant les chrétiens à être « des signes d’espoir au-delà » des difficultés.

« Nombreux sont ceux qui viennent en Terre Sainte pour chercher le Christ, tout en essayant de trouver ou retrouver leurs racines. Nos racines sont ici, au sein de l’Eglise-mère, sur le Mont Golgotha et dans ce tombeau vide », a-t-il déclaré.

Le Saint-Sépulcre, qui abrite selon la tradition le lieu de la crucifixion de Jésus (aussi nommé Calvaire ou Golgotha) et son tombeau, est géré par six Églises chrétiennes : les Grecs orthodoxes, les Catholiques de rite latin, les Arméniens apostoliques, les Coptes égyptiens, les Syriaques orthodoxes et les Éthiopiens orthodoxes. Chacune contrôle une partie soigneusement délimitée du bâtiment.

Une chrétienne prie à l'Église du Saint Sépulcre dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 14 janvier 2014 (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

Une chrétienne prie à l’Église du Saint Sépulcre dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 14 janvier 2014 (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

A l’extérieur des remparts de Jérusalem, devant la Tombe du jardin, identifiée depuis le XIXe siècle comme un autre site possible de résurrection de Jésus, environ 1 500 pèlerins chrétiens du monde entier se sont rassemblés à l’aube sur fond de chants et de psaumes.

Parmi eux, Shagufta, quinquagénaire venue du Pakistan, qui se dit « très émue » : « je n’avais jamais vu ça, des gens venus des quatre coins du monde pour se retrouver là où Jésus a vécu », lance-t-elle à l’AFP.

« C’est magnifique d’être ici », renchérit Miok, 41 ans, venue de Corée du Sud. « Dans la Bible, Jérusalem est un foyer de prière pour le monde entier, et aujourd’hui vous voyez des gens venus du monde entier pour rendre grâce tous ensemble ».

Les orthodoxes, tout comme les catholiques palestiniens hors de Jérusalem, célébreront Pâques et la résurrection de Jésus le week-end prochain.