Deux policiers ont été suspendus après la publication lundi d’une vidéo les montrant en train de rouer de coups Damas Pakada, un soldat de Tsahal d’origine éthiopienne, qui affirme avoir été la cible d’une attaque raciste.

L’incident a eu lieu dimanche soir à Holon, au sud de Tel-Aviv, où la police avait bouclé une rue en raison d’un objet suspect.

« Je me sens très mal, et humilié. C’est une honte pour l’Etat d’Israël », a dit Pakada lundi à la Deuxième chaîne. « C’est à cause de [ma] couleur de peau », a-t-il affirmé.

Après que la séquence vidéo a été obtenue par sa famille, Pakada a été libéré de sa garde à vue et la police a promis d’enquêter sur l’affaire.

Pakada a déclaré sur la Dixième chaîne qu’il roulait à bicyclette quand il a remarqué les deux policiers.

Il a dit qu’il leur a demandé ce qu’ils faisaient et que l’un d’entre eux l’a poussé de son vélo, en criant : « Je peux faire ce que je veux ».

Pakada a ensuite dit que l’agent a menacé de lui tirer une balle dans la tête, ils se seraient calmés au moment où il recula et saisit une pierre.

« Le flic m’a dit : ‘Je fais mon travail et si je dois mettre une balle dans ta tête, je le ferai. Je suis fier de mon travail », a-t-il raconté à Ynet.

Damas Pakada, un soldat de Tsahal d'origine éthiopienne qui a été agressé  pardes policiers à Holon, le dimanche 27 avril 2015 (Capture d'écran: Deuxième chaîne)

Damas Pakada, un soldat de Tsahal d’origine éthiopienne qui a été agressé par des policiers à Holon, dimanche 27 avril 2015. (Capture d’écran: Deuxième chaîne)

Plusieurs policiers ont alors arrêté le soldat pour agression présumée, bien que le film montre que Pakada ne les a pas attaqués avec la pierre qu’il avait dans la main.

Pakada est un orphelin de 21 ans qui a immigré d’Ethiopie avec ses quatre frères et sœurs il y a sept ans.

Il a déclaré qu’il ne pouvait pas enlever les taches de sang de son uniforme de l’armée.

« Cela n’importe pas si c’est un soldat en uniforme ou un citoyen normal, ce n’est pas la façon de se comporter que l’on attend d’un fonctionnaire de police », a déclaré une source de la police sur la Deuxième chaîne.

« Les policiers travaillent dur pour servir le public et un événement rare comme celui-ci ne passera pas sous silence », a ajouté la source.

Un autre officier a qualifié l’incident de « honteux ».

« Quand j’ai vu le clip, je ne pouvais pas croire que j’étais en Israël, » a dit le frère de Pakada sur la Deuxième chaîne.

« J’étais sûr que c’était un canular, inspiré des flics blancs qui battent les citoyens noirs aux Etats-Unis sans raison. Seulement grâce à son uniforme, j’ai pu voir que c’était mon frère ».