Un groupe de chefs de rabbins orthodoxes et d’enseignants auraient l’intention d’exhorter leurs étudiants à boycotter le cours de formation des officiers de l’armée, à moins que l’armée ne réforme significativement sa politique sur les unités mixtes.

Les rabbins ont pris cette décision dimanche, en prévision d’une réunion avec le chef d’état-major Gadi Eizenkot, prévue mardi, a rapporté lundi la radio militaire.

La question du service des femmes dans l’armée est une source constante de tension avec la communauté orthodoxe israélienne, dont certaines parties sont opposées aux unités mixtes – en particulier dans les unités combattantes – et, séparément, aux services militaires des femmes religieuses.

« S’il n’y a pas de changement significatif dans l’esprit des [unités mixtes] et dans les pratiques sur le terrain, nous empêcherons les Juifs religieux de rejoindre les cours des officiers », ont déclaré les rabbins selon un communiqué.

Le rabbin Zalman Melamed, de la yeshiva Beit El, boycottera mardi la réunion avec Eizenkot, en partant du principe que l’armée ne fera aucun des changements proposés, selon le rapport. Un deuxième rabbin envisagerait également de ne pas prendre part à la réunion.

Michal Nagen, l’un des chefs religieux présents lorsque la décision de boycotter la formation des officiers a été faite, a minimisé sa signification.

« Qui menace ? Il n’y a pas de menace. C’est une conversation ouverte et qui dure depuis des mois entre nous et le chef d’état-major », a déclaré à la radio militaire Nagen, qui dirige une académie pré-militaire pour femmes orthodoxes.

Nagen a déclaré que la « menace » était un constat – que, sans changements, les soldats orthodoxes n’iront pas à la formation des officiers sans une nouvelle « prise de conscience » sur la question.

« Nos étudiants et étudiantes, qui observent la loi juive, sont coincés dans une situation où ils ne peuvent pas vivre comme des gens pieux dans certaines situations de l’armée », a-t-elle dit. « Nous voulons des résultats sur le terrain, et jusqu’à présent, il n’y a eu aucun changement. »

Ofer Shelah à la Knesset en février 2013. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le député Ofer Shelah (Yesh Atid) a décrié l’action des rabbins comme « impertinente » et a appelé le chef d’état-major à annuler sa rencontre avec eux, « à moins qu’ils ne s’excusent et n’annulent les menaces ».

Shelah, considéré comme le stratège de la défense de son parti, a déclaré que la menace des rabbins était également assez insignifiante, car ils ne sont pas en mesure d’interdire à leurs étudiants de devenir des officiers de l’armée.

« Ce ne sont pas [les rabbins] qui les « envoient » en formation des officiers. Ils y vont car ils en apprécient la valeur et ont un sens du devoir », a déclaré Shelah dans un communiqué.

Il a noté que de nombreux officiers supérieurs de l’armée israélienne étaient issus de la communauté sioniste religieuse, un fait qui devrait être une source de fierté pour le groupe. « Mais la fierté est éclipsée par les paroles de ces rabbins, qui ont perdu depuis longtemps le sens de la honte », a-t-il dit.

L’armée israélienne n’a pas indiqué si Eizenkot rencontrerait les rabbins comme prévu, ou si l’armée prévoyait d’apporter des changements aux règles concernant les services mixtes.