Des tirs de roquettes partis de Syrie ont touché dimanche la partie du plateau du Golan occupée par Israël, a annoncé l’armée israélienne, sans faire état de victimes.

« Au moins cinq roquettes tirées depuis la Syrie ont touché différents points du plateau du Golan », selon un communiqué.

Une porte-parole de l’armée a indiqué à l’AFP que l’auteur des tirs n’était pas connu dans l’immédiat et que l’armée israélienne n’avait pas riposté.

En juillet, une roquette tirée de Syrie avait conduit l’armée israélienne à pilonner des positions de l’armée syrienne. En juin, des avions de combat israéliens avaient attaqué des objectifs militaires syriens après qu’un adolescent israélien eut été tué lors de ce que l’Etat hébreu avait qualifié d’attaque transfrontalière par les forces loyales au régime de Bashar al-Assad.

Samedi soir, une roquette tirée du Liban a frappé le nord d’Israël, sans faire de dégâts ou de victimes, une action qui n’a pas été revendiquée.

Israël n’a pas répliqué à ce tir, mais a adressé une « ferme protestation » à la Finul, la force des Nations unies déployée dans le sud du Liban, qui surveille la frontière entre les deux pays.