Deux sénateurs américains ont présenté un projet de loi protégeant de poursuites juridiques les gouvernements des états et des municipalités qui adoptent des législations contre le mouvement de boycott, désinvestissements et sanctions (BDS) contre Israël.

Mardi, les sénateurs Marco Rubio (républicain, Floride) et Joe Manchin (démocrate, Virginie-Occidentale) ont présenté le Combating BDS Act (Loi de lutte contre le BDS), qui accroît la protection juridique des états et des municipalités qui interdisent, limitent ou s’éloignent des entreprises « engagées dans des activités commerciales ou d’investissement du BDS ciblant Israël. »

Les activités liées au BDS sont définies dans cette mesure comme le boycott ou la limitation des relations commerciales avec Israël et les « territoires contrôlés par Israël ».

Le projet de loi est une mise à jour d’une mesure présentée en février par Manchin et Mark Kirk, sénateur républicain de l’Illinois qui a perdu son siège en novembre dernier.

Le sénateur républicain de Floride Marco Rubio lors de son discours devant la Coalition juive républicaine au Ronald Reagan Building, à Washington, D.C., le 3 décembre 2015. (Crédit :  Alex Wong/Getty Images/AFP)

Le sénateur républicain de Floride Marco Rubio lors de son discours devant la Coalition juive républicaine au Ronald Reagan Building, à Washington, D.C., le 3 décembre 2015. (Crédit : Alex Wong/Getty Images/AFP)

Les sénateurs Ted Cruz (républicain, Texas), Lindsey Graham (républicain, Caroline du Sud), Robert Menendez (démocrate, New Jersey) et Benjamin Cardin (démocrate, Maryland) font partie des 17 sénateurs qui co-présentent le projet de loi.

Manchin a affirmé dans un communiqué que le projet de loi était un moyen de protéger les priorités sécuritaires et économiques des Etats-Unis et d’Israël.

« Cette législation est une mesure importante pour rassurer Israël, [en montrant] que nous protégeons nos intérêts sécuritaires nationaux partagés tout en protégeant également nos intérêts économiques communs », a déclaré Manchin.

Rubio a cité dans un communiqué le récent vote d’une résolution condamnant les implantations israéliennes par le Conseil de sécurité des Nations unies, qu’il a qualifiée de « mesure unilatérale déplorable qui nuit à Israël et encourage dans les faits les campagnes du mouvement BDS pour cibler et discriminer commercialement et financièrement l’Etat juif. »