Le Hezbollah libanais, bête noire d’Israël, a revendiqué l’attaque à la bombe contre une patrouille israélienne à la frontière qui a blessé mardi deux militaires israéliens.

« A 14h22 (11h22 GMT), le groupe du martyr Al-Hassan Haïdar de la Résistance islamique (Hezbollah, ndlr) a fait exploser une bombe sur les collines de Chebaa contre une patrouille israélienne, faisant des blessés parmi les soldats de l’occupation », a indiqué un communiqué du parti chiite reçu par l’AFP.

Deux soldats israéliens ont été blessés dans une explosion à proximité d’un tank posté près de la frontière avec le Liban, déclenchant le deuxième affrontement dans la région, à la frontière en trois jours.

Hassan Ali Haïdar, un membre du Hezbollah, a été tué le 5 septembre alors qu’il démantelait un engin d’espionnage israélien dans le sud du Liban.

Capture d'écran d'un reportage de Channel 2, sur l'explosion dans le sud du Liban, attribuée à Israël

Capture d’écran d’un reportage de Channel 2, sur l’explosion dans le sud du Liban, attribuée à Israël

Le site de nouvelles lié au groupe terroriste du Hezbollah Al-Manar a rapporté un bombardement israélien sur une zone proche de Kfar Chouba, à proximité de la région contestée des fermes de Chebaa.

Le secteur des Fermes de Chebaa est une région montagneuse de 25 km2 aux confins du Liban, de la Syrie et d’Israël. Il a été conquis par Israël en 1967 et le Liban en revendique la souveraineté.

L’attaque visant le tank s’est passée près de Har Dov, dans le nord d’Israël, selon les rapports des médias israéliens, citant le porte-parole de l’armée israélienne.

A la suite de cette explosion, l’armée israélienne a bombardé l’autre côté de la frontière, ont indiqué des sources de la sécurité israélienne et libanaise.

Il n’y avait pas dans l’immédiat de réaction de la part de la FINUL, l’agence des Nations Unies chargée de la surveillance de la zone frontalière.

L’affrontement a eu lieu deux jours après qu’un soldat libanais ait été légèrement blessé par les forces israéliennes dans la même zone.