Les deux soldats israéliens qui sont entrés par erreur avec un véhicule militaire dans le camp de réfugiés de Qalandiya lundi soir, déclenchant des affrontements mortels entre les Palestiniens et les forces de l’armée israélienne après une opération de secours, ont apparemment été guidés par Waze, la populaire application de navigation GPS israélienne.

« Les soldats utilisaient apparemment Waze, » a déclaré mardi le ministre de la Défense Moshe Yaalon pendant l’exposition New Tech pour les produits militaires.

« J’ai appris il y a des années l’importance de la navigation avec l’aide de vraies cartes, principalement pour connaître la zone environnante, et ne pas se fier trop aveuglément aux technologies qui peuvent égarer les utilisateurs. »

Le porte-parole de l’armée, Moti Almoz, avait déclaré précédemment que l’armée enquêtait pour savoir pourquoi les soldats étaient entrés dans le camp de réfugiés, et s’ils avaient utilisé l’application de navigation.

La compagnie Waze, une application israélienne achetée par Google en 2013 pour plus d’un milliard de dollars, a assuré mardi que l’application de navigation routière qu’elle a créée n’était pour rien dans le fait que des soldats israéliens étaient entrés par erreur dans un camp de réfugiés palestinien.

Le cofondateur de Waze, Uri Levine, epndant une conférence à Jérusalem en mai 2013. (Crédit : Flash90)

Le cofondateur de Waze, Uri Levine, epndant une conférence à Jérusalem en mai 2013. (Crédit : Flash90)

Waze a indiqué que les soldats avaient désactivé sur leurs portables un paramètre écartant les trajets dangereux ou passant par des secteurs interdits aux Israéliens. Ce paramètre est présent par défaut, ce qui signifie que les soldats l’ont délibérément désactivé, a dit un porte-parole de Waze.

« De plus, le conducteur s’est écarté de la route suggérée [par l’application] et est entré en zone interdite, a-t-il ajouté. Sur la route en question, des panneaux interdisent [aux Israéliens] l’accès aux territoires sous contrôle palestinien. »

« Chaque conducteur a la responsabilité de respecter les panneaux routiers et les lois locales ; en l’occurrence, différents niveaux de prévention étaient en place », selon lui.

Waze « continue de collaborer avec les autorités concernées pour diminuer le nombre d’incidents; malheureusement, on ne peut les empêcher tous et, au bout du compte, c’est au conducteur de faire preuve d’un certain degré de prudence. »

Alors que les soldats conduisaient dans le camp, un groupe de Palestiniens a attaqué leur véhicule avec des pierres et des bombes incendiaires. La jeep a pris feu, forçant les deux soldats à fuir la scène.

Alors qu’ils s’échappaient, le duo s’est séparé. « L’un d’eux a eu un contact téléphonique presque immédiatement, et dans les 20 à 30 minutes, les [sauveteurs] l’ont rejoint. Le second a mis environ une heure pour établir un contact, et ensuite [il a été possible de] le récupérer, » a déclaré tard lundi soir un porte-parole de l’armée.

Affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens à Qalandiya, le 3 novembre 2011 (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens à Qalandiya, le 3 novembre 2011 (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Des forces considérables ont fouillé la zone, déclenchant des affrontements violents entre l’armée et les Palestiniens, entraînant des blessures pour 10 soldats israéliens, dont l’un a été blessé modérément et les autres légèrement.

Les agences de presse palestiniennes ont annoncé 10 civils blessés et un mort. Le Palestinien tué dans l’accrochage a été identifié comme Iyad Amr Sajdiyeh, 22 ans, étudiant à l’université Al-Quds et originaire de Qalandiya.

En 2013, Waze avait été critiquée après qu’un pépin a envoyé plusieurs conducteurs vers une autoroute inondée de Tel Aviv.

En janvier 2015, le chef de la police de Los Angeles accuse l’application d’aider les délinquants en signalant les présences policières. « Je m’inquiète pour la sécurité des membres des forces de l’ordre et des habitants, et du risque que votre produit appelé Waze ne serve à de mauvaises fins », écrit-il à Google.

En octobre 2015, une Brésilienne est abattue sous les yeux de son mari après que Waze les a conduits au beau milieu d’une favela contrôlée par un gang, rapporte la presse. Le couple essayait de trouver un raccourci vers la plage quand il s’est perdu.

L’AFP a contribué à cet article.