Les forces de défense d’Israël ont suspendu ou renvoyé trois commandants d’une unité d’infanterie pour une attaque au couteau mercredi dernier dans l’implantation de Har Bracha, dans le nord de la Cisjordanie.

Deux soldats ont été légèrement blessés dans l’attaque par deux terroristes palestiniens, qui a eu lieu après 19h00 au stand du garde posté devant l’entrée principale de l’implantation, qui est située au sud de Naplouse.

Après avoir poignardé les soldats, les attaquants se sont échappés. Les troupes ont lancé une chasse à l’homme et il avait été demandé aux résidents de la zone de rester chez eux.

Il avait initialement été pensé que leurs armes, que les soldats avaient laissées à côté du stand, contrairement aux ordres, avaient été volées, déclenchant une panique.

Elles ont plus tard été retrouvées abandonnées près du site de l’attaque.

Le colonel Guy Hazut, qui commande la brigade Kfir, la compagnie à laquelle les soldats blessés appartiennent, a supervisé l’enquête sur l’incident.

L’enquête a retrouvé de « sévères défauts » dans la mise en place des ordres par les soldats pendant qu’ils sont de garde, y compris l’échec à garder possession de leur arme à feu à tout moment.

Le général Oren Avman, chef de la division 340 et supérieur direct de Hazut, a accepté dimanche soir les recommandations de Hazut de suspendre le commandant de la compagnie d’un poste de commande pour un an, et de retirer complètement de leurs postes le lieutenant et le sergent de la section.

Avman a retardé sa décision dans cette affaire pour le cas où les deux soldats blessés en attendant que leurs blessures guérissent et qu’ils ne reviennent dans leur unité.

Vingt-neuf Israéliens et trois ressortissants étrangers ont été assassinés pendant la vague de terrorisme palestinien et de violence depuis octobre. Environ 180 Palestiniens ont également été tués – les deux tiers pendant qu’ils attaquaient des Israéliens, et les autres pendant des affrontements avec les troupes, selon l’armée israélienne.