Une campagne de vidéo marketing cherche à rendre le conflit israélo-palestinien essentiel à la fierté israélienne. Elle peut inciter les spectateurs à être plus enclins à un compromis pour la paix, selon une récente étude psychologique.

Avec la guerre entre Israël et le Hamas, les sondages montrent que la fierté nationale monte parmi les Israéliens juifs et que la foi dans des perspectives de paix fait partie de l’histoire ancienne.

Les psychologues derrière l’étude déclarent que ce n’est pas une surprise : le nationalisme peut « bloquer » les gens dans une logique de soutien au conflit.

La campagne, une série de petites vidéos, vise à « débloquer » ces mécanismes de pensée en utilisant une sorte de psychologie inversée.

En montrant aux Israéliens juifs qu’ils ont besoin du conflit pour maintenir des valeurs dont ils sont fiers, allant d’une armée forte à une unité nationale, les vidéos semblent leur faire réévaluer leur point de vue nationaliste du conflit. Ils prennent en considération d’autres perspectives, selon les psychologues.

Dans la petite étude longitudinale, des Israéliens juifs très à droite et des centristes qui ont visionné les vidéos ont tendance à moins critiquer les Palestiniens pour le conflit, à être plus disposés aux compromis pour la paix, et même à voter pour des partis politiques plus à gauche, en comparaison avec leurs pairs qui n’ont pas vu les films. Les changements psychologiques étaient encore perceptibles un an plus tard.

« Au lieu de mettre les gens au défi, nous disons, ok, nous sommes d’accord avec votre point de vue. Mais poussons-le à l’extrême », a déclaré Eran Halperin, un professeur de psychologie au Centre interdisciplinaire Herzliya en juillet, qui a mené l’étude et aidé à développer les vidéos.

« Avec ces vidéos, ils identifient l’absurdité de leur position et la reconsidèrent ».

Le Fonds pour la Réconciliation, la Tolérance et la Paix a commandé les vidéos et les a utilisées dans une campagne de marketing intitulée « Le Conflit ».

Le fonds rassemble de l’argent avec l’objectif de diffuser massivement la campagne qui est à présent limitée à un site web associé à YouTube, « Nous avons besoin du conflit. »