Plusieurs pierres tombales du cimetière juif du mont des Oliviers ont été retrouvées profanées vendredi après-midi, quelques heures après qu’un homme palestinien originaire de Ras al-Amud à Jérusalem-Est, un quartier adjacent au cimetière, ait blessé cinq personnes dans un attentat à la voiture bélier.

Il n’est pas clair si les deux incidents sont liés, mais la police a déclaré qu’elle appliquerait une politique de « tolérance zéro » pour toute tentative de troubles à l’ordre public.

Un conseiller municipal de Jérusalem, Aryeh King, qui vit à Maale Hazeitim, juste au sud du mont des Oliviers et Ras al-Amud, explique que lui et quelques autres personnes appelées sur le site ont poursuivi les auteurs « qui se sont enfui quand ils nous ont vu, » cité par Ynet.

King a ajouté que la police et des unités de la police des frontières étaient présents sur la scène mais « sont restées là pendant 15 minutes et n’ont rien fait ».

Il allègue que les auteurs ont d’abord empêché la police d’accéder au site endommagé.

King signale que d’importants dégâts ont été causés à certaines des pierres tombales.