Sydney – Les tracts antisémites ont été placés dans les boîtes aux lettres dans une banlieue juive de Sydney.

Les habitants de Bondi Beach et de Double Bay, où réside une grande communauté juive composée de 40 000 personnes, ont trouvé ces tracts dans leurs boîtes à lettre lundi.

« Réveillez-vous, l’Australie », peut-on lire dans le tract.

« Les Juifs ont été chassés des pays 109 fois au cours de l’histoire… Se pourrait-il que le fait qu’ils soient présents dans un pays européen pourrait être nuisible à leur hôte ? ».

Le tract propose de rejoindre le groupe Squadron 88 [Escadron 88] et de se rendre sur la page Facebook du groupe pour la suprématie blanche. Il fait aussi référence à Stormfront.org, un site néonazi, et exhorte les lecteurs à aller sur leur page Facebook.

« Le tract est une litanie de stéréotypes racistes, prévisibles de la part d’une organisation néonazie », explique Vic Alhadeff, le directeur général délégué du South Wale Jewish Board [le Comité juif central de la Nouvelle-Galles du Sud]. « Ce n’est pas une coïncidence que le chiffre 88 que l’on peut voir dans le tract, représente HH, qui correspond à ‘Heil Hitler’ ».

On peut aussi lire dans le tract : « Les Juifs possèdent tous les studios d’Hollywood et 97 % des journaux et des médias. N’importe quel films ou séries que vous regardez pourraient tout aussi bien venir directement d’Israël ».

La police mène une enquête sur les tracts, c’est le dernier épisode en date dans la longue liste des incidents antisémites enregistrés en Australie depuis le début de la guerre à Gaza il y a sept semaines.

Alhadeff raconte que son organisation s’est plainte auprès de Facebook, mais la plateforme de média social leur a répondu qu’ils avaient passé en revue la page de Squadron 88 et qu’elle « ne viole pas les normes communautaires standard ».

« Cela est décevant que Facebook n’arrive pas à comprendre l’importance de ce qui est exprimé par ce tract », explique Alhadeff.
« Si les gens chez Facebook en charge de surveiller les normes ne considèrent pas que ce tract contient un discours de haine, alors qu’est-ce qui correspond [à un discours de haine] ? ».

Le ministre de la Communication Malcolm Turnbull, dont les deux quartiers concernés font partie de son canton, a condamné le tract et l’a qualifié « de tentative grossière et vicieuse pour tenter d’intimider et d’insulter la communauté juive ». Il ajoute que « l’on doit s’opposer au racisme, le dénoncer et le condamner à chaque fois que l’on y fait face ».