Des vandales ont attaqué un établissement scolaire bilingue, qui enseigne en hébreu et en arabe, dans le sud de Jérusalem, lundi soir. C’est le deuxième incident de ce genre en huit mois, des croix gammées et des graffitis anti-arabes ont été tagués sur les murs de l’école juste avant le début du dernier jour de classe de l’année scolaire.

L’école Max Rayne, Hand-to-Hand, avait été incendiée en novembre par Yitzhak Gabai, les frères Nahman et Shlomo Twitto, des membres de Lehava, un groupe qui lutte contre les mariages mixtes et la coexistence entre Juifs et Arabes en Israël.

Les frères Twitto ont plaidé coupable pour avoir allumé le feu et tagué des messages racistes sur les murs de l’école tels que : « Il n’y a pas de coexistence avec le cancer » ; « Mort aux Arabes » ; et « Kahane avait raison », une référence au défunt Rabbin Meir Kahane, un mentor du mouvement ultra-nationaliste juif.

Il n’y a pas eu d’incendie dans l’attaque de lundi soir, mais les slogans racistes ont fait leur retour : « Arabes à l’abattoir », « Le sang arabe est bon marché » et « Arabe – le fils de pute ». L’attaque a pris un tournant un peu bizarre avec des croix gammées qui ont également été taguées sur les murs de l’école.

Les élèves, qui sont arrivés pour leur dernier jour d’école de cette année scolaire mardi, ont commencé à effacer les graffitis et des panneaux ont été préparés en réponse à cette attaque, a écrit l’école sur sa page Facebook.

Les étudiants et les enseignants faisant des panneaux le le 30 Juin 2015 pour recouvrir les graffitis racistes tagués sur les murs de leur école la veille. (Crédit : Autorisation Hand in Hand)

Les étudiants et les enseignants réalisent des panneaux, le 30 Juin 2015, pour recouvrir les graffitis racistes tagués sur les murs de leur école la veille. (Crédit : Autorisation Hand in Hand)

« Ils ont réalisé des panneaux qui affirment : ‘les Juifs et Arabes refusent d’être ennemis’ et l’ont accroché à l’endroit des graffitis racistes », a écrit l’organisation Hand in Hand.

Un porte-parole de l’organisation Hand in Hand, qui supervise plusieurs écoles judéo-arabes, a déclaré que malgré la vague anti-coexistence, ces écoles ont gagné en popularité.

« Malgré les attaques racistes, les différentes écoles primaires et maternelles de Hand in Hand – à Jérusalem, à Wadi Ara, à Haïfa, à Galil, à Tel-Aviv et dans le Triangle », a déclaré le porte-parole du groupe a déclaré, se référant à la zone qui compte une grande concentration de villes arabes le long de la Ligne verte, « ont connu une augmentation de 18 % des inscriptions pour l’année scolaire prochaine ».

Les cinq écoles Hand in Hand à travers le pays éduquent plus de 1 000 étudiants et visent à « créer un une société inclusive, forte et partagée en Israël » à travers l’éducation bilingue en hébreu et en arabe et les classes mixtes.